RMC

Procès des attentats de janvier 2015: qui sont les 14 accusés?

Les 11 hommes présents dans le box des accusés sont soupçonnés, à des degrés divers, d'avoir aidé les terroristes, au niveau logistique, ou en leur fournissant des armes. Certains risquent la prison à vie.

Aujourd'hui s'ouvre un procès historique qui doit durer deux mois au moins: : celui des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, à Montrouge et à l’Hypercasher. Dix-sept personnes avaient perdu la vie, tués par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. Et même si les auteurs des attentats sont morts, et de fait ne répondront pas de leurs actes, dans le box des accusés, onze personnes risques de lourdes peines.

Parmi les accusés présents, 11 hommes âgés de 30 à 67 ans. L'un encourt la prison à vie, soupçonné de complicité de crimes terroristes. Il aurait eu connaissance de la nature des projets d'Amedy Coulibaly notamment, dont il est un très proche, un ami de Grigny, leur ville d'origine. 

Certains viennent de Grigny donc, d'autres ont connu Amedy Coulibaly en prison à Villepinte, d'autres encore seraient des fournisseurs d'armes belges.

Que leur reproche-t-on? 

La plupart des autres accusés risquent 20 ans de prison, ils auraient fourni à des degrés divers une aide aux terroristes: achat d'armes, d'équipements de sécurité, de couteau, de voitures pour la préparation des attaques. 

Les accusations les plus lourdes pèsent sur Ali Riza Polat et Mohamed Belhoucine, poursuivis pour "complicité" de crimes terroristes et encourant la réclusion criminelle à perpétuité. Mais seul Ali Riza Polat, un Franco-Turc de 35 ans, prendra place dans le box, Mohamed Belhoucine faisant l'objet d'un mandat d'arrêt.

En détention depuis mars 2015, Polat est notamment soupçonné d'avoir aidé Coulibaly à se procurer l'arsenal utilisé dans les attaques de l'Hyper Cacher et de Montrouge, mais aussi celle de Charlie Hebdo, commise par les frères Kouachi. Juste après les sanglantes attaques, il avait tenté à plusieurs reprises de quitter la France, et notamment de se rendre en Syrie. 

Où est Hayat Boumeddiene?

Mais l'ombre de trois autres accusés planera sur le procès, 3 absents: deux frères, présumés morts en Syrie, dont le mentor religieux d'Amedy Coulibaly, mais surtout la compagne du terroriste, Hayat Boumeddiene, partie en Syrie avant les attaques. Elle serait toujours vivante, en fuite au nord-ouest de la Syrie.

Hayat Boumedienne est également poursuivie pour "financement du terrorisme", suspectée d'avoir participé à des escroqueries aux véhicules afin de financer les projets terroristes d'Amédy Coulibaly, qu'elle a épousé religieusement en 2008. Donnée il y a encore quelques mois pour morte, est depuis fin avril visée par une nouvelle enquête antiterroriste, une détenue du camp syrien d'Al-Hol ayant affirmé qu'elle était encore en vie en octobre 2019. 

Attendu depuis cinq ans, ce procès s'ouvre sous haute surveillance policière. La guerre portée sur le sol français, la liberté d'expression, des caricaturistes et intellectuels pris pour cible, des citoyens assassinés en raison de leur religion... Durant deux mois et demi, 150 témoins et experts vont se succéder devant la cour d'assises spéciale, chargée de juger ces attentats.

Le procès, initialement prévu avant l'été, avait été reporté en raison de la crise sanitaire. Il sera intégralement filmé pour la constitution d'archives historiques de la justice - une première en matière de terrorisme. A la veille de l'ouverture de ce procès, Charlie Hebdo publie à nouveau les caricatures de Mahomet qui avaient fait de lui une cible des jihadistes, avec pour titre "Tout ça pour ça".

Gwladys Laffitte (avec Guillaume Dussourt)