RMC

Quel a été le rôle d'Abdelhakim Sefrioui, prédicateur islamiste, dans l'assassinat de Samuel Paty?

Abdelhakim Sefrioui, prédicateur islamiste, est en garde à vue en ce moment dans le cadre de l’enquête sur la décapitation de Samuel Paty. Qui est-il vraiment?

Abdelhakim Sefrioui a été interpellé samedi à Evry avec sa compagne. Alors quel rôle joue ce prédicateur islamiste dans cette affaire ? D’abord, il accompagne le père de l’élève qui va porter plainte contre Samuel Paty, à son rendez-vous avec la principale du collège le 8 octobre. Il se présente alors comme membre du conseil des imams de France, ce que dément ce conseil, qui par ailleurs n’a aucun statut, et aucune responsabilité dans l’islam de France.

Fiché S pour radicalisation

Il fait ensuite deux vidéos, qu’il poste sur Youtube, dans lesquels il traite Samuel Paty de "voyou" et appelle "à agir".

Alors, il n’y a pas forcement de lien entre Anzonov, l’assassin d’origine tchétchène et Abdelhakim Sefrioui. Simplement, ce dernier est quelqu’un d’influent dans la sphère islamiste et très actif sur les réseaux sociaux. Il est fiché S pour radicalisation, dans les radars des services de renseignements depuis 15 ans.

Son combat, c’est la lutte contre l’islamophobie, qu’il voit un peu partout. Il estime par exemple qu’Emmanuel Macron attise la haine contre les musulmans. Il est aussi connu pour des prêches antisémites, à la sortie des mosquées qu’il considère comme trop complaisantes envers l’État D’Israël.

En 2004, il crée un collectif pro palestinien proche du Hamas

Dans ses habitudes, Abdelhakim Sefrioui aime prendre des hommes pour cible. C’est le cas en 2010, avec l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi. Un imam qui est contre le voile intégrale en France et qui entretient de bonnes relations avec la communauté juive.

Sefrioui va donc manifester devant la mosquée de Drancy pendant des mois, il va tracter contre l’imam, qui sera alors placé sous protection policière. Il dit que Sefrioui est "plus dangereux que Tariq Ramadan car il séduit la base, les parents".

Car ce n’est pas la première fois que Sefrioui milite contre les choix d’un établissement scolaire. En 2011, il a tenté d’intimider le proviseur d’un lycée de Saint-Ouen, qui voulait interdire les jupes longues. En juillet 2014, il a participé à Paris à des manifestations pro-Gaza, en scandant des slogans à la gloire du Hamas et du djihad islamique.

Samedi dernier, le procureur antiterroriste n'a fait aucune connexion entre cet homme et le tueur. Affaire à suivre.

Bérengère Bocquillon