RMC

“Stéphane a toujours voulu dessiner, c’était son rêve”: la mère de Charb lui rend homme lors du procès des attentats de 2015

Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo et auteur de plusieurs caricatures sur le prophète Mahomet était la cible prioritaire des terroristes.

Pour le septième jour du procès des attentats de 2015, ce sont les proches des victimes qui se sont succédés à la barre pour évoquer la personnalité et la mémoire des disparus. L’amante, la mère et la collègue de Charb se sont succédées pour dresser le portrait d’un homme et d’un dessinateur humain et engagé.

Charb, directeur de la publication de Charlie Hebdo et auteur de plusieurs caricatures sur le prophète Mahomet était la cible prioritaire des terroristes, qui ont au cours de leur attaque crié plusieurs fois son nom avant de l’abattre.

“Stéphane à toujours voulu dessiner, c’était son rêve”, raconte Denise sa maman qui parle d’un fils toujours joyeux, drôle et humain. “La plaie ne se refermera jamais” souffle-t-elle. 

"Ils n'ont pas tué leurs idées"

En hommage, plusieurs de ses dessins sont projetés à l’écran. Charb y égratigne avec humour la religion et la politique. Des rires montent dans la salle. “Sa vie c’était Charlie”, lance Marie Caroline Bret sa collègue. Elle parles des menaces sur le dessinateur, de ses engagements et de sa soif de liberté. “Ils ont tué des hommes, ils n’ont pas tué leurs idées”. 

A la barre, Valérie Martinez, son amante est la dernière intime à avoir vu Charb. Le matin du 7 janvier 2015 il lui lance “je pars, tu claqueras la porte ?”. Charb ne la rouvrira jamais. “Depuis, je lui parle chaque jour” dit-elle. ”Je l’aimais. Rien ni personne ne pourra nous enlever nos frissons”, indique-t-elle.

Jean-Baptiste Bourgeon avec Guillaume Descours