RMC

Suicidez-vous: enquête ouverte après des chants haineux contre des policiers lors de l'acte 23 des gilets jaunes

Les chants ont été condamnés par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, les syndicats de police et certaines figures des "gilets jaunes".

Des mots violents qui s’inscrivent dans un contexte dramatique. Le parquet de Paris a ouvert une enquête après les slogans de "gilets jaunes" qui ont lors du 23 acte de mobilisation ce samedi lancé des "suicidez-vous" aux forces de l’ordre à Paris

Filmée par plusieurs journalistes, la vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux et a suscité une vague d'indignation, dans un contexte particulier : les rangs des forces de l'ordre connaissent une vague de suicides sans précédent: 28 policiers se sont donné la mort depuis le début de l’année. 

Il est un peu plus de 17 heures samedi place de la République à Paris, de nombreux affrontements ont lieu entre fauteurs de troubles et forces de l'ordre. Puis pendant un face-à-face, une vingtaine de personnes chantent "suicidez-vous, suicidez-vous", en direction des policiers. 

La mouvance "ultra" des "gilets jaunes"

Une "ignominie" pour le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, "le paroxysme de la haine" pour le syndicat de police Alliance qui va se constituer partie civile, tout comme Unité SGP Police.

Un slogan entonné par des membres de la mouvance "ultra" des "gilets jaunes" selon des sources policières. Ces derniers doivent encore être identifiés et interpellés. Ils risquent deux ans de prison et de 30.000 euros d'amende. Un chant condamné par Priscilla Ludosky et Jérôme Rodrigues, deux figures des "gilets jaunes", qui disent leur "solidarité" et leur "compassion" aux policiers.

L’enquête a été ouverte par le parquet de Paris du chef d’outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion, et confiée à la sûreté territoriale de Paris.

Gwladys Laffitte avec Guillaume Descours