RMC

Affaire Quatennens: peut-il rester député?

La femme d'Adrien Quatennens, Céline, a témoigné de violences morales et physiques répétées. Dans les rangs de la Nupes, on juge plus que jamais impossible un retour du député LFI du Nord sur les bancs de l'Assemblée nationale.

Alors que La France insoumise planifiait le retour d'Adrien Quatennens à l'Assemblée nationale, un témoignage de sa femme, qu'il a déjà reconnu avoir giflé, est venu contrecarrer les plans des députés LFI. Dans un communiqué, celle-ci assure avoir subi depuis plusieurs années des violences "morales et physiques" de la part du député de la Nupes.

Un nouveau témoignage qui remet en question le maintien dans ses fonctions d'Adrien Quatennens, déjà convoqué par la justice le 13 décembre prochain pour une procédure de reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) devant le tribunal de Lille.

Dès les révélations par l'AFP du témoignage de Céline Quatennens, l'élue EELV Sandrine Rousseau et le député PS Olivier Faure ont estimé qu'Adrien Quatennens ne pouvait plus assurer ses fonctions de député. "Adrien Quatennens ne peut pas revenir à l’Assemblée", a estimé l'écologiste, appelant à entendre la parole de Céline Quatennens.

"Il est payé en ne réalisant pas son travail à l'Assemblée nationale"

"Tu ne peux pas porter l'écharpe quand tu frappes ta femme", juge ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules" Kaouther Ben Mohamed. Quant au déballage médiatique, elle estime que Céline Quatennens ne fait que répondre à une première sortie de son mari qui avait reconnu une gifle dans le cadre de "violences mutuelles".

"La réponse de Céline Quatennens montre que les violences sont un système ou une spirale. Quand il y a une gifle, c'est qu'il y a eu des choses avant, des violences psychologiques ou du dénigrement", juge l'avocate Marie-Anne Soubré.

Pour l'enseignant Kevin Bossuet aussi, le député ne peut plus siéger. "En tant que citoyen, ça me pose un problème, tout comme le fait qu'il soit payé en ne réalisant pas son travail au sein de l'Assemblée nationale", appelle-t-il sur RMC et RMC Story.

"Manuel Bompard minimisait"

"Ce qui est gênant, c'est l'écran de fumée habituel qu'est en train de jouer La France insoumise", déplore également l'avocate Marie-Anne Soubré, alors que plusieurs cadres du parti avaient salué le "courage" d'Adrien Quatennens lorsqu'il avait reconnu avoir giflé sa femme.

"Manuel Bompard minimisait", rappelle de son côté Kaouther Ben Mohamed. "On attend que l'enquête avance les faits et qu'il n'y ait pas de militantisme autour", ajoute Kevin Bossuet.

Après les révélations du Canard Enchaîné concernant une gifle adressée à son épouse, le député du Nord avait reconnu ces violences et s’était mis en retrait de la vie politique en septembre dernier, en attendant que la justice se prononce. Avec pourtant dans le viseur un retour à l'Assemblée nationale voulu dans un premier temps en décembre.

G.D.