RMC

Affaire Quatennens: pour la première fois, des voix dissonantes à Mélenchon résonnent à LFI

Jean-Luc Mélenchon a choqué un certain nombre de ses troupes à La France insoumise en saluant le courage d'Adrien Quatennens au moment où il a avoué avoir giflé sa femme, plutôt que de prendre la défense de la victime. Des remous inédits qui placent la LFI dans l'embarras.

Panique au sein de la France insoumise. L’affaire Adrien Quatennens, en retrait du mouvement après l'affaire de violences conjugales révélée la semaine dernière, continue d’ébranler LFI. A tel point que, même en interne, c’est le gros malaise autour de la figure de Jean-Luc Mélenchon.

Et ça n'était quasiment jamais arrivé car Jean-Luc Mélenchon, c’est une voix incontestée. Ce qui a déclenché le malaise, c’est son tweet, qui a surtout célébré le courage d’Adrien Quatennens, alors qu'il venait d'avouer avoir giflé sa compagne.

En le lisant, une cadre LFI s’est dit que c’était "une catastrophe pour le mouvement féministe qu’on porte". Un second tweet posté quelques heures plus tard pour tenter de rectifier le tir n’a franchement rien arrangé.

C’est trop tard. Une députée insoumise de Dordogne, Pascale Martin, publie de son propre chef un communiqué pour dénoncer les réactions "insuffisantes, inacceptables" de son mouvement et de Jean-Luc Mélenchon. Communiqué partagé plusieurs milliers de fois, notamment par quelques députés de la Nupes.

Un avis partagé par d’autres figures de la France insoumise

"Je pense qu’elle n’est pas la seule à avoir ressenti une forme de déception, voire de colère", a lancé Clémentine Autain par exemple, à nos confrères du Parisien. D’autres élus que nous avons contactés sont gênés par les mots de leur leader.

S’il n’y a pas de fronde en tant que tel, tous en tout cas brandissent le communiqué du mouvement pour rappeler, certes, que LFI lutte contre les violences faites aux femmes, mais surtout pour montrer qu’ils se démarquent de leur chef. "Pour la première fois, on porte une parole différente de Jean-Luc Mélenchon et ce n’est pas rien", martèle une cadre.

Malaise en conférence de presse

L’élue écolo Sandrine Rousseau va jusqu’à demander un retrait de la vie publique d’Adrien Quatennens, ce qui équivaudrait à quitter ses fonctions de député. Ce n’est pas pour le moment ce que semble souhaiter la majorité des troupes insoumises, qui préfère que "la justice fasse son travail". Le parquet de Lille a ouvert une enquête.

"On a fait ce qu’on pouvait sur le plan politique, Adrien ne représente plus le mouvement", lâche un élu LFI, conscient qu’il y a "un risque de feuilleton" sans doute préjudiciable pour le mouvement… mais aussi pour Jean-Luc Mélenchon. Le malaise était palpable lors de la conférence de presse de LFI ce mardi. Clémentine Autain et Mathilde Panot ont hésité à répondre à une question sur l'affaire Quatennens, avant que Danièle Obono se dévoue...

Hélène Terzian (édité par J.A.)