RMC

Assemblée nationale: Louis Boyard réclame "l'interdiction des costumes aux prix indécents"

Nouvelle passe d'armes entre gauche et droite, cette fois sur le port de la cravate à l'Assemblée nationale. Si Eric Ciotti plaide pour le retour de son obligation pour les députés, Louis Boyard, son collègue de la Nupes, veut lui interdire "les costumes aux prix indécents".

Le "cravate gate" continue. Inquiet de la tenue de certains de ses collègues, le député LR Eric Ciotti a demandé officiellement jeudi à la présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, de rendre de nouveau obligatoire le port de la cravate dans l'hémicycle.

Une demande qui vise directement certains députés de La France Insoumise, qui n'ont pas attendu longtemps pour répondre à l'élu des Alpes-Maritimes. Ce vendredi, Louis Boyard, le député Nupes du Val-de-Marne, a demandé "l'interdiction des costumes aux prix indécents", dans une lettre également adressée à Yaël Braun-Pivet.

"Ils nous reprochent de venir à l’Assemblée habillés simplement, mais la véritable indécence, c’est de s’y pavaner en costumes qui coûtent plus d'un Smic", a assuré le jeune élu sur Twitter, dénonçant un phénomène "d'arrogance vestimentaire" chez certains "députés LREM, LR ET RN".

"Porter des costumes aux prix exorbitants, au-delà du manque de respect vis-à-vis de nos compatriotes et de nos institution, témoigne d'un luxe indécent au regard de l'explosion de la pauvreté dans notre pays", assure-t-il.

"La gauche sale, débraillée, qui crie partout"

Si le port de la cravate n'est plus obligatoire depuis 2017, l'article 9 de l'instruction générale du bureau de l'Assemblée nationale estime que "la tenue vestimentaire adoptée par les députés dans l’hémicycle doit rester neutre et s’apparenter à une tenue de ville", prohibant "le port de tout signe religieux ostensible, d’un uniforme, de logos ou messages commerciaux ou de slogans de nature politique".

"Je souhaiterais que cette question soit examinée dès la prochaine réunion du Bureau de l'Assemblée nationale, avec une modification claire de l'article 9 dans le sens d'une interdiction des costumes à prix indécents", demande donc Louis Boyard.

Depuis le début de la législature, de nombreuses voix, surtout à droite; se sont étonnées de la tenue de certains députés Nupes. Jeudi, Renaud Muselier, le président de la région Sud-Provence-Alpes-Côtes-d'Azur et allié d'Emmanuel Macron, avait taclé "la gauche sale, débraillée, qui crie partout".

Dans la foulée, Eric Ciotti avait demandé le retour de la cravate "pour empêcher que certains députés notamment de La France Insoumise, se permettent de porter des tenues de plus en plus relâchées".

G.D.