RMC

Chantiers des JO 2024: l’extrême vigilance de la France après la polémique au Qatar

INFO RMC. Pour éviter d’être touché par la polémique suscitée par les conditions de travail des ouvriers au Qatar pour la construction des stades de la Coupe du monde de foot, le gouvernement se veut irréprochable sur l’organisation et la préparation des chantiers des Jeux olympiques de 2024 à Paris. Soixante-dix accidents du travail ont été répertoriés, dont une dizaine de cas graves. Aucun accident mortel n’a été recensé. Emmanuel Macron veut rencontrer les entreprises de construction.

Alors que la polémique monte autour d’un boycott de la Coupe du monde au Qatar, la France se prépare aux Jeux olympiques de 2024. Et se veut irréprochable sur l’organisation et la préparation des chantiers. Au sein du gouvernement, on sent que la pression monte. "On doit être exemplaire sur les chantiers de préparation des JO", nous dit un ministre.

Selon nos informations, Emmanuel Macron veut rencontrer les opérateurs de la construction des chantiers. Objectif: montrer que le gouvernement est attentif à la sécurité des ouvriers et ne reproduit pas les drames humains sur les chantiers de la Coupe du monde de foot du Qatar, où certaines enquêtes évoquent plusieurs milliers de morts, 6.500 selon une des dernières enquêtes.

L’exécutif joue donc la transparence. Un suivi a été mis en place et, selon les informations de RMC, 70 accidents du travail ont été dénombrés sur les chantiers des JO, dont une dizaine de cas graves. Heureusement, aucun accident mortel n’a été recensé.

Pas de boycott de la Coupe du monde pour l’instant

C’est donc aussi une façon de prendre les devants face à la polémique autour du boycott de la Coupe du monde au Qatar. Un débat qui embarrasse la macronie. Pour le moment, pas de boycott officiel. Le discours de la ministre des Sports tient la corde. Amélie Oudéa Castéra estime que c’est son rôle d’être aux côtés des joueurs, surtout s’ils atteignent un certain niveau dans la compétition.

Pour autant, face aux catastrophes humaines et au désastre écologique, le sujet divise. Non seulement au sein du gouvernement mais aussi chez les députés Renaissance qui pourraient, selon nos confrères du Parisien, inciter leurs troupes à ne pas s’y rendre. "Attention à être cohérent avec la doctrine de l’exécutif", alerte tout de même un député macroniste.

Chez les oppositions, c’est assez timide… Du côté de La France insoumise, la tonalité est clairement au boycott sur le fond mais certains élus de gauche nous confient que c’est difficile de tourner le dos à un événement populaire d’une telle envergure. Alexis Corbière, député insoumis, a tout de même été le plus virulent en dénonçant un scandale sportif, écologique et social. Du côté du RN, ce mercredi, Marine Le Pen a une nouvelle fois dézingué le choix du Qatar pour des questions de droits de l’homme. Mais selon elle, maintenant que la décision est faite, "le sport doit être découplé de la politique".

Hélène Terzian et Jérémy Trottin