RMC

Louis Boyard veut une commission d'enquête de l'Assemblée après son altercation avec Cyril Hanouna

Après son altercation avec Cyril Hanouna sur le plateau de "Touche pas à mon poste", le député Nupes-LFI Louis Boyard demande à l'Assemblée nationale l'ouverture d'une commission d'enquête. L'élu veut également auditionner Vincent Bolloré et Cyril Hanouna.

Le député de La France Insoumise Louis Boyard a demandé ce vendredi l'ouverture d'une commission d'enquête de l'Assemblée nationale après sa violente altercation verbale avec l'animateur Cyril Hanouna sur le plateau des Touche Pas à mon poste ce jeudi.

"Je demande à notre Assemblée Nationale l’ouverture d’une commission d’enquête. Elle portera sur les ingérences de Bolloré dans nos médias et donc sur Touche pas à mon poste", a assuré sur Twitter l'élu.

Louis Boyard veut auditionner Vincent Bolloré et Cyril Hanouna

"Clémentine Autain portera dans le cadre de notre niche parlementaire une proposition visant à mettre fin à la concentration dans les médias et l'industrie culturelle. En parallèle je demanderai au Bureau de notre assemblée l'ouverture d'une commission d'enquête pour mesure les ingérences de Vincent Bolloré sur les médias qu'il possède. L'objectif est notamment d'auditionner Vincent Bolloré et Cyril Hanouna", a ajouté Louis Boyard.

Jeudi sur C8, une chaîne du groupe Canal+ appartenant à Vincent Bolloré, Louis Boyard, a profité d'un débat sur l'Ocean Viking pour évoquer le cas du milliardaire français, en évoquant l'impact de ses affaires économiques en Afrique. Une sortie qui a provoqué l'ire de Cyril Hanouna qui en a profité pour traiter Louis Boyard de "merde", "d'abruti" ou encore de "bouffon".

"Les libertés de la presse et d'expression sont en danger"

"T'es un irresponsable et tu fais du mal à la France Cyril, ça ne devrait pas être un coup d'éclat que de critiquer ton patron sur ta chaîne", a répondu Louis Boyard. "Moi je ne crache pas dans la main qui me nourrit", a reconnu Cyril Hanouna avant d'inviter Louis Boyard à faire de même en assurant l'avoir nourri.

"Les libertés de la presse et d'expression sont en danger: il faut agir maintenant pour le bon fonctionnement de notre démocratie", conclut l'élu qui annonce une conférence de presse à 15h lundi à l'Assemblée nationale.

G.D.