RMC

Paris: Anne Hidalgo ne penserait qu’aux JO 2024 selon une partie de ses soutiens, agacés

La maire de Paris Anne Hidalgo n'aurait plus que les Jeux olympiques 2024 en tête, selon une partie de ses soutiens, qui s'agacent de son absence sur d'autres sujets.

Après son échec à la présidentielle, Anne Hidalgo a remis son écharpe de maire de Paris. Avec en point de mire, les Jeux olympiques de Paris 2024. Selon son entourage, cet événement qui arrive, dans plus d'un an et demi, est le seul sujet qui l'intéresse.

Pour preuve, elle vient de décider que certains membres de son cabinet ne s'occuperaient plus que de la préparation des Jeux désormais. C’est notamment le cas pour un de ses directeurs de cabinet adjoints, et une de ses conseillères presse notamment.

Et toutes les décisions qui sont prises le sont dans l'optique des Jeux. Changer le plan de circulation, c'est justifié par les JO. Des actions pour lutter contre la pollution, là encore, c'est pour les JO. Et ses fidèles assument. L'un d'eux parle "d'urbanisme tactique".

Si ça agace les Parisiens, ça énerve aussi certains de ses proches. Comme cette adjointe au maire. Si elle est censée soutenir Anne Hidalgo, elle lui reproche pourtant d'être absente sur les autres sujets et de ne plus être joignable, notamment pour préparer le Conseil de Paris qui commence mardi.

"Il n'y a plus de décision politique, seulement de la gestion administrative", s’agace-t-elle.

Elle ose même parler d'ambiance de "fin de règne". Un autre adjoint dénonce lui une "absence de dynamique". "C'est morne plaine", dit-il avec le sentiment que ses dossiers ne peuvent pas avancer. Une majorité fracturée, donc. "Il faut accepter la vérité, le moment n'est pas simple", admet sans difficulté un intime de la maire.

Les municipales et l'Elysée toujours dans un coin de la tête?

Une majorité qui ne retient pas ses coups, après un score catastrophique à la présidentielle où elle a recueilli à peine plus de 2% des voix dans les bureaux de vote parisiens. Avec même l'abandon la semaine dernière d'une promesse, celle de ne pas augmenter la taxe foncière. Si on peut penser que la situation est trop délicate pour l’édile, elle est "dans le déni de réalité, elle s'obstine", accuse toujours la même maire adjointe.

Après les JO, l'hypothèse de se présenter une troisième fois aux municipales en 2026 n'est pas totalement écartée selon un proche. Elle se méfie d'ailleurs de la concurrence dans son camp. "Elle a mis son premier adjoint sous tutelle", explique-t-on, alors qu'il trépigne de pouvoir se présenter lui-même.

Au-delà de Paris, certains de ses opposants au Parti socialiste pensent qu'elle songe même encore à l'Élysée.

“Anne Hidalgo n'a pas perdu toute velléité, elle a envie d'incarner quelque chose", assure-t-on.

D'ailleurs, certains de ses soutiens veulent récupérer la direction du parti au prochain congrès en janvier.

Cyprien Pézeril