RMC

Pass vaccinal, Novak Djokovic, Eric Zemmour... ce qu'il faut retenir de l'interview de Christophe Castaner

Christophe Castaner était face à Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur RMC et BFMTV. Il a notamment détaillé le calendrier de l'entrée en vigueur du pass vaccinal.

Christophe Castaner, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi sur RMC et BFMTV. Il a notamment évoqué l'entrée en vigueur prochaine du pass vaccinal, qui pourrait avoir lieu en fin de semaine. 

L'entrée en vigueur du pass vaccinal en fin de semaine?

"Il est annoncé une saisine du Conseil constitutionnel. Je sais qu’il se prépare à travailler vite, au-delà même du délai légal qui peut être le sien. Et donc nous espérons que d’ici la fin de la semaine, le Conseil constitutionnel se soit prononcé et que le président puisse promulguer cette loi. Nous espérons une entrée en vigueur d’ici la fin de la semaine si tout va bien, soyons optimistes. La limite pour ce pass vaccinal, c’est le moment où nous n’en aurons plus besoin, le plus vite possible. Plus nous nous vaccinons, plus collectivement nous respectons les règles, plus vite il reculera. De fait, il sera supprimé. Mais le Parlement vote une sorte de boîte à outils et donne à l'exécutif des outils qu’il peut actionner en fonction de la situation. Personne ne souhaite que ce système perdure. Mais la situation sanitaire aujourd’hui, même si on connaît une légère amélioration, implique que nous nous armions et que nous combattions le virus et c’est ce que nous faisons".

Novak Djokovic pourra-t-il venir jouer à Roland Garros?

"Il n’est pas question que Novak Djokovic puisse venir jouer à Roland-Garros sans être vacciné. J’ai vu que Roland-Garros et les organisateurs s’étaient prononcés en ce sens hier (dimanche). Au même moment, j’étais à l’Assemblée nationale avec mes collègues députés, et ensemble nous votions le pass vaccinal pour l’ensemble des Français. Et donc il n’est pas question que pour des grands sportifs, pour des artistes, des personnalités, on déroge à la règle. La règle, elle s’applique à tous. Djokovic n’a pas vocation à jouer s’il ne respecte pas une règle qui va s’appliquer aux spectateurs, aux ramasseurs de balles, aux professionnels qui vont travailler sur Roland-Garros".

Les parrainages pour la présidentielle 

"S’ils ne trouvent pas dans les 40.000 grands électeurs, 500 personnes sur le territoire national capables de dire 'moi je trouve que la candidature de madame Le Pen ou celle de monsieur Mélenchon est une bonne candidature', ça doit les interroger eux. Après on peut très bien envisager d’autres formes de parrainages y compris de parrainages citoyens. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne change pas une règle aussi importante à trois mois de l’élection. On aurait pu la changer avant, mais ce n’était pas une demande, ni de l’opinion publique ni des partis politiques. Et c’est aussi un vieux marronnier qu’a utilisé Jean-Marie Le Pen, Marine Le Pen. Moi, je trouve important qu’Eric Zemmour, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon soient candidats. Ils correspondent à des opinions qui existent dans notre société aujourd’hui. Je suis un démocrate et j’estime que nos adversaires se combattent dans la joute politique si c’est nécessaire, mais ils ne se combattent pas l’empêchement".

La sortie d'Eric Zemmour sur les enfants handicapés

"Vous vous rendez compte de ce qu'il dit? Il dit 'je ne veux pas que des enfants soient gênés par des enfants en situation de handicap'. Mais dans quel monde de dingue on est quand on peut entendre des propos aussi dégueulasses que ceux-là? Je veux dire que c’est très révélateur de ce qu’est Eric Zemmour. Avec lui, c'est toujours la chasse à l’autre. Il y a toujours un bouc émissaire, un étranger, et là un enfant en situation de handicap qu’il veut parquer dans des établissements spécialisés".

>> A LIRE AUSSI - Philippe Croizon sur Eric Zemmour : "Il n’aime pas la différence"

Guillaume Descours