RMC

Présidentielle: Alexis Kohler, bras droit et "second cerveau" d'Emmanuel Macron

Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée, est très impliqué dans la campagne d'Emmanuel Macron.

Alexis Kohler, c’est le bras droit d’Emmanuel Macron, et même peut-être un peu plus que cela. La presse l’appelle "le président bis", ou bien “le second cerveau” d’Emmanuel Macron, ou bien encore, le “jumeau taiseux”, la “gare de triage” ou la “tour de contrôle”. Autant d'expressions pour expliquer qu’il est le plus proche collaborateur du président, omniprésent dans toutes les réunions importantes.

Alexis Kohler a 49 ans. Il est Alsacien, né à Strasbourg, et possède un parcours de premier de la classe: Sciences po, l'Essec, l’Ena puis la direction du trésor à Bercy. En 2015, Emmanuel Macron le choisit comme directeur de son cabinet lorsqu’il est nommé ministre de l’Economie. Ensuite les deux hommes ne se quitteront plus. Ils fondent ensemble “En marche”, se lancent dans la campagne, gagnent l'élection et s'installent à l’Elysée.

Beaucoup d'ennemis qui le jugent autoritariste

Depuis cinq ans, Alexis Kohler gère les calendriers, élabore les programmes, donne son avis sur les nominations des hauts fonctionnaires, contrôle la communication des ministres. On l’appelle aussi la "forteresse", ou la "muraille de Chine", parce qu'il protège Emmanuel Macron et déteste ceux qui s'adressent directement au président sans passer par lui. Il s’est fait beaucoup d'ennemis qui lui reprochent son autoritarisme et sa pratique solitaire du pouvoir.

Mais Emmanuel Macron laisse faire et le flatte en disant: "Alexis Kohler est plus intelligent que moi !"

Une plainte contre lui

L’association Anticor a déposé plainte contre lui pour “trafic d'influence” dans l’affaire des croisières MSC. On lui reproche d’avoir caché ses liens familiaux avec les actionnaires de ce géant du transport maritime et des croisières. Et d’avoir participé à des prises de décisions sans faire s’avoir qu’il pouvait y avoir un conflit d'intérêt.

Il pourrait aussi être éclaboussé par l'enquête que le parquet national financier a ouverte sur l’affaire Suez Véolia. Les syndicats du groupe Suez ont déposé plainte, soupçonnant une entente entre l’Elysée et le PDG de Véolia dans le cadre de cette bataille pour le contrôle du marché de l’eau en France. Alexis Kohler était visé par la plainte mais il n’a pas été mis en cause par la justice pour le moment.

Nicolas Poincaré (édité par J.A.)