RMC

Rayan Nezzar, ex-porte-parole de LaREM, s'explique sur ses tweets injurieux: "Je les avais oubliés"

Rayan Nezzar, éphémère porte-parole de La République en Marche, est venu dans Bourdin Direct ce vendredi s'expliquer sur sa démission après la publication d'anciens tweets injurieux contre une journaliste et des responsables politiques.

Il s'est expliqué pour la première fois. Invité de Bourdin Direct l'éphémère porte-parole de La République en Marche (LaREM), Ryan Nezzar, a expliqué pourquoi il avait démissionné après la publication d'anciens tweets injurieux contre une journaliste - traitée de "pouffiasse" - et des responsables politiques - Marine Le Pen et Jean-François Copé - traités de "putes".

"Ces tweets, je les ai postés il y a 6 ou 7 ans, s'est défendu Rayan Nezzar. Une dizaine sur 50.000 messages postés entre 2011 et 2018 lorsque mon compte était actif." Il a assuré: "Ces tweets, je les avais oubliés. J'ai été choqué autant que vous. J'avais à l'époque 20 ans, j'étais étudiant. Aujourd'hui je n'emploierais plus ces mots". "Le portrait de moi qu'on peut faire en lisant ces messages, ce n'est pas la personne que je suis", a-t-il assuré.

"C'était une erreur et il fallait l'assumer"

Le délégué général de LaREM, Christophe Castaner a invoqué mardi "l'exigence d'exemplarité" des responsables politiques pour justifier la démission de Rayan Nezzar, en raison de ses anciens tweets injurieux. "Ces messages étaient une erreur et donc je les ai assumés en démissionnant", a-t-il poursuivi. "La raison pour laquelle j'ai démissionné, c'est parce que j'ai estimé qu'effectivement c'était une erreur et qu'il fallait l'assumer". "On est face à une situation politique, un emballement. J'ai considéré qu'il fallait mettre un terme à cette polémique. Mais la question qu'on peut poser, c'est: 'est-ce que tout cela a un sens'?".

Quant à son avenir politique qui peut paraître flou après cette affaire, Ryan Nezzar, également professeur d'économie à l'université Paris Dauphine, s'est voulu optimiste: "Vous savez, la vie est longue. Je n'ai pas renoncé à la politique".

P. Gril avec JJ. Bourdin