RMC

Réformes des retraites: qu'est-ce que la stratégie du "sucré-salé" d'Élisabeth Borne?

INDISCRETION RMC - Selon plusieurs sources, Elisabeth Borne a une stratégie pour parvenir à rééquilibrer le système des retraites: le "sucré/salé". Âge légal de départ à la retraite à 64 ans contre mesures d'accompagnement sur les carrières longues, la pénibilité ou les carrières hachées.

Fin de négociations avec les syndicats. Les discussions sur la réforme des retraites se sont clôturées mercredi soir à l'hôtel de Matignon. Si la Première ministre Elisabeth Borne a reçu pour mission de rééquilibrer le système des retraites, à elle, en revanche, de trouver le moyen d'y parvenir. Selon plusieurs sources, Elisabeth Borne a une stratégie pour y parvenir: le "sucré/salé". Elle pencherait en faveur d'un report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans, soit deux ans de travail en plus pour les Français. C'est la partie "salé" du projet.

Pour faire passer cela, la Première ministre souhaiterait y adjoindre de nombreuses mesures d'accompagnement: le côté "sucré" de la réforme. Selon un cadre de la majorité, Matignon aurait même déjà topé secrètement avec plusieurs syndicats sur plusieurs points: des départs anticipés pour les carrières longues, la pénibilité sur avis médical, un index sur le travail des séniors et un accord sur les carrières hachées. Un package dit "positif et équilibré" que voudrait présenter la première ministre mardi.

Borne "good cop" contre Macron "bad cop"?

Reste à savoir si Elisabeth Borne a vraiment la main sur le dossier. Emmanuel Macron serait prêt à suivre sa Première ministre si et seulement si les Républicains votent cette version de la réforme et évitent un passage en force au 49-3 à l'Assemblée. Sans cette garantie, le président de la République pourrait selon plusieurs sources vouloir "rentrer dur dans la réforme" et remettre la retraite à 65 ans sur le tapis.

"Elisabeth Borne veut négocier quand le Président rester ferme" explique un proche du chef de l'État.

Après le sucré-salé, le jeu du good cop, bad cop. Un grand classique.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

64 ou 65 ans, l'hésitation stratégique

Si Elisabeth Borne et Emmanuel Macron hésitent encore sur l'âge légal de départ à la retraite, entre les 64 et les 65 ans, c'est parce qu'ils savent qu'il y aura du monde dans les rues et de très fortes perturbations. L'hésitation est alors stratégique:

"Soit lâcher beaucoup au début pour éviter la coagulation, soit lâcher pendant les grèves pour casser la coagulation", explique un parlementaire.

Si personne au gouvernement ne semble craindre un mouvement type des gilets jaunes, l'inquiétude vient bien de l'émergence de collectifs locaux ou sectoriels incontrôlables. La France insoumise serait d'ailleurs en train de pousser à la création de certains collectifs dans le dos des syndicats. "Vous avez raison me disait hier un macroniste, c'est bien de LFI dont il faut se méfier".

Jérémy Trottin avec Maxime Martinez