RMC

Tweets, tape sur la joue... Chez LFI, on dénonce un "harcèlement médiatique" contre Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon n'en est pas à sa première polémique. Mais ces derniers jours, elles se multiplient, notamment jeudi avec sa réponse à un journaliste de Quotidien agrémentée d'une petite tape sur la joue qui a vivement fait réagir.

La France insoumise est depuis quelques jours dans l’embarras. “On considère que la séquence est close”, a indiqué à RMC un des piliers du parti. Allusion à l’affaire Adrien Quatennens, figure du mouvement qui a avoué des violences conjugales, et aux marques de soutien de Jean-Luc Mélenchon à son égard.

Mais ce dernier assume. Interrogé jeudi par un confrère de Quotidien sur ses tweets controversés, Jean-Luc Mélenchon a répondu: “Je pèse mes mots”. Une réponse prononcée en tapotant la joue du journaliste, ce qui a fait bondir les réseaux sociaux et les opposants politiques. Réaction exaspérée de sa garde rapprochée. "Il n’y a rien d’agressif, c’est un geste de taquinerie. Jean-Luc Mélenchon est devenu un objet de harcèlement médiatique", assure-t-on.

Jean-Luc Mélenchon se rendait aux journées parlementaires des insoumis, sans trop évoquer les questions qui fâchent.

Pas de remise en cause de Mélenchon

Face aux députés, le patron des Insoumis a tenu un discours de projection, indique un de ses fidèles. Sans regarder dans le rétro, il a parlé réforme des retraites, budget, marche contre la vie chère du 16 octobre. Y a-t-il eu des questions sur les récentes polémiques? On dit que non. Peut-être qu’elles ont été posées, jeudi soir, entre deux verres, au pot des journées parlementaires. Jean-Luc Mélenchon y était et l’ambiance était "excellente". Circulez il n'y a rien à voir, donc…

Officiellement, au parti, on refuse de remettre en cause sa figure de leader. "Ça fait 15 ans que j’entends ça, que sa figure dessert le mouvement", souffle, exaspéré, un de ses lieutenants. "Mais il a fait 22% à la présidentielle, presque qualifié au second tour, alors si c’est ça, ça me va. Personne n’est infaillible", appuie-t-il.

Au fond, on comprend que pour certains, à gauche, il faut faire avec. Un député écolo de la Nupes reconnaît que "Jean-Luc Mélenchon, c’est le seul qui peut aller à une présidentielle": "Sans lui, on ne fait rien… Mais avec lui, il manque un petit peu pour conquérir le pouvoir".

GD avec HT