RMC

Affaire Quatennens: Mélenchon "banalise les violences intra-familiales" selon Borne

Elisabeth Borne

Elisabeth Borne - AFP

Élisabeth Borne a été choquée par la réaction de Jean-Luc Mélenchon, après que les accusations de violences conjugales contre Adrien Quatennens ont été révélées publiquement. Dans un tweet, il avait dénoncé "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux".

La réaction de Jean-Luc Mélenchon aux accusations de violences conjugales visant Adrien Quatennens n'en finit plus de faire parler.

"C'est évidemment extrêmement choquant d'avoir quelqu'un qui banalise les violences intra-familiales", a déclaré Élisabeth Borne, la Première ministre, interrogée sur le sujet en marge d'un point presse sur le 2e plan vélo dans la cour de Matignon.

On "n'est pas à une outrance près, on va dire", a-t-elle ajouté, sans commenter davantage.

Dans un tweet publié le 18 septembre 2022, le patron de la France Insoumise dénonçait la malveillance policière, le voyeurisme médiatique et les réseaux sociaux. Il saluait "la dignité" et le "courage" du député. Dans ce premier message, aucun mot de soutien n'était réservé à la femme d'Adrien Quatennens.

Malaise au sein du parti

Céline Quatennens a déposé une main courante dans laquelle elle évoquait des violences conjugales. Elle ne souhait pas porter plainte.

À la suite de ce tweet polémique, qui a créé un malaise au sein du mouvement, Jean-Luc Mélenchon a tenté de corriger le tir.

"Céline et Adrien sont tous deux mes amis. Mon affection pour lui ne veut pas dire que je suis indifférent à Céline. Elle ne souhaitait pas être citée. Mais je le dis : une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien", a ajouté Jean-Luc Mélenchon.

Depuis ces accusations, Adrien Quatennens a annoncé sa mise en retrait de ses fonctions de "coordinateur" de la France Insoumise. Une enquête a été également été ouverte par le parquet de Lille.

AB avec AFP