RMC

Prix, date, jeux exclusifs de la PlayStation 5: face à la Xbox, la guerre des consoles est relancée

Mercredi soir Sony en a dit un peu plus sur sa nouvelle PlayStation 5. Un événement très attendu par les joueurs du monde entier et notamment par les 37 millions de Français qui jouent aux jeux vidéo.

Sept Français sur dix sont des joueurs, un Français sur deux sur console, moyenne d’âge 40 ans. Ils vont devoir choisir leur camp dans cette nouvelle guerre des consoles qui s’annonce, comme à chaque fois, passionnée. 

D’un côté du ring, on a donc la PS5. Alors qu’est-ce qui va changer par rapport à la PS4 ? Comme à chaque saut générationnel, le nouveau modèle sera beaucoup plus puissant, ce qui devrait permettre de faire tourner des jeux d’un niveau de réalisme encore inédit. Jouer à FIFA en ayant l’impression d’être sur le terrain ou à Gran Turismo 7, un jeu de course, qui donne presque l’impression de jouer avec de vraies voitures à l’écran. 

Autre amélioration notable, des temps de chargement drastiquement réduits, l’un des aspects les plus frustrants du jeu sur console. On a surtout deux éléments qui manquaient jusqu’ici et qui sont très importants : une date et un prix. La date, c’est le 19 novembre en France, juste à temps pour les fêtes de fin d’année, c’est stratégique. Et le prix 499 euros. Soit plus cher que la PS4 quand elle était sortie. Et certains jeux seront vendus 80 euros, 10 euros de plus que les jeux actuels. Donc, clairement, Sony tape au portefeuille.

La guerre des consoles, c’est presque une guerre de religion

Team PS5 vs Team Xbox, l’autre console nouvelle génération, dévoilée la semaine dernière. Et le combat va être serré. Là aussi, deux modèles. Un même prix de 500 euros. En termes de puissance pure, léger avantage à la Xbox. Elle est présentée comme la machine la plus puissante du marché avec une puissance de calcul de 12 téraflops. 

Une puissance qui permettra de tirer parti de jeux comme Flight Simulator, cet incroyable jeu de simulation qui permet de se prendre pour un pilote d’avion avec un niveau de réalisme compl7tement fou. 

Et puis les deux consoles misent sur un aspect qui a été délaissé : la rétrocompatibilité. On pourra jouer avec les vieux jeux, qui d’habitude deviennent obsolètes dès qu’une console sort. Ce qui va jouer pour les départager, c’est le catalogue de jeu. Et là, léger avantage à Sony. Avec une nouvelle version de Final Fantasy, grande saga de jeux de rôle japonais. Un nouveau Spider-Man, et un jeu basé sur l’univers d’Harry Potter. Et un nouvel épisode de God of War. 

Et puis au milieu de tout ça, la Switch de Nintendo, qui a un autre public, mais dont le succès ne se dément pas. Grosse bataille sous les sapins à prévoir.

Les dernières consoles physiques ?

Ce sera d’ailleurs probablement la dernière génération de consoles. C’est un objet en voie de disparition en fait. On va passer au cloud gaming ou au jeu en streaming. 

Exactement comme vous avez de la vidéo en streaming avec Netflix ou de la musique en streaming avec Spotify. Concrètement, ça signifie qu’on n’a plus besoin d’avoir un PC ou une console, ni même d’acheter une boîte de jeu ou de télécharger les jeux. Il suffit d’avoir un écran, une manette et une connexion à internet. 

Toute la puissance de calcul, la puissance graphique, tout ce que vous avez d’habitude dans votre console, est déportée, sur des serveurs informatiques à l’autre bout du monde. En terme d’utilisation ça change tout, plus besoin d’acheter une console ou un PC, entre 300 et 1000 euros, donc le public qui aura accès au jeu vidéo sera beaucoup plus large. 

Plus besoin de perdre du temps à télécharger un jeu vidéo, grosse frustration actuellement. Parfois, il faut attendre des heures avant de jouer au jeu qu’on vient d’acheter, tout se fait instantanément, comme quand vous lancez une série sur Netflix, et l’autre gros avantage, c’est qu’on peut commencer une partie sur sa télé et la poursuivre sur smartphone ou tablette.

Anthony Morel