RMC

Réveillon du Nouvel an: la police intervient en pleine soirée clandestine de 300 personnes à Marseille

En pleine nuit, les policiers sont appelés pour signaler un rassemblement de voitures.

Ce sont plusieurs appels au 17 qui ont provoqué l'intervention des forces de l'ordre. Une soirée clandestine de 300 personnes a été stoppée à Pont-de-Vivaux, dans le 10è arrondissement de Marseille, lors du réveillon du Nouvel an.

En pleine nuit, les policiers sont appelés pour signaler un rassemblement de voitures. Au téléphone, des témoins auraient aussi évoqué des dizaines d’allées et venues autour d’une salle. 

Les forces de l'ordre découvrent alors l'ampleur de la soirée clandestine: environ 300 personnes réunies. Si plusieurs des participants ont pu filer, 156 personnes auraient écopées d’une amende, et trois auraient été placées en garde à vue, selon nos confrères du journal la Provence, dont RMC a eu confirmation ce vendredi matin.

Parmi elles, il y aurait l’organisateur de la soirée clandestine et deux autres personnes qui auraient commis des violences sur les policiers lors de leur intervention.

>> A LIRE AUSSI - Tir de mortier lors du réveillon: un jeune homme meurt, "la tête arrachée"

Le ministre de l'Intérieur en avait fait sa priorité pour le réveillon du 31 décembre: les fêtes clandestines. Encadré par 100.000 policiers et gendarmes, la Saint-Sylvestre était sous haute-surveillance. Levé pour Noël, le couvre-feu destiné à lutter contre l'épidémie de Covid-19 était bien en place jeudi soir, tout déplacement étant interdit entre 20h00 et 06h00, sauf pour raison professionnelle. 

A Strasbourg, théâtre de violences urbaines "traditionnelles" pour la Saint-Sylvestre, les incidents ont été moins nombreux que les années précédentes avec une soixantaine de véhicules brûlés, selon une source policière syndicale, et quelques interpellations. En Alsace, un jeune homme est mort, "la tête arrachée" par un mortier d'artifice dans le village de Boofzheim, à une quarantaine de kilomètres au sud de Strasbourg, selon la préfecture du Bas-Rhin. 

Jean-Baptiste Bourgeon avec Xavier Allain