RMC

"C'est pire que les pires prévisions": le niveau des océans monte dangereusement

Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l'association Bloom, est venu lancer le signal d'alarme sur le réchauffement des océans et la fonte des glaces qui sont encore plus graves que prévu.

Des chiffres très inquiétants. La fonte annuelle des glaces en Antarctique est plus rapide que jamais, environ six fois plus qu'il y a quarante ans, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, ont prévenu lundi des scientifiques. L'amoindrissement des glaces du Continent Blanc est responsable d'une montée de 1,4 centimètre du niveau des océans de la planète entre 1979 et 2017, selon un rapport des Compte-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Et le rythme de fonte anticipé devrait entraîner une élévation désastreuse de ce niveau dans les prochaines années, a relevé Eric Rignot, président de la chaire de système scientifique de la Terre à l'université de Californie (Irvine). "Avec la calotte antarctique qui continue de fondre, nous prévoyons une hausse du niveau des océans de plusieurs mètres à cause de l'Antarctique dans les prochains siècles", a-t-il ajouté.

"Une montée d'un mètre éradiquerait de la carte une ville comme La Rochelle"

Selon des études précédentes, une montée de 1,8 mètre d'ici 2100 --l'une des pires prévisions scientifiques-- provoquerait l'inondation de nombreuses villes côtières abritant des millions de personnes dans le monde. Pour cette nouvelle étude, dont les conclusions ont été publiées lundi, les chercheurs ont mené la plus longue évaluation de la masse des glaces dans dix-huit régions de l'Antarctique.

Frédéric Le Manach, directeur scientifique de l'association Bloom, est venu expliquer ce mercredi matin dans Bourdin direct que cette hausse des océans est potentiellement catastrophique.

"C'est pire que les pires prévisions. Si toute la glace en Antarctique fond l'océan montera de 60 mètres. En sachant qu'une montée d'un mètre éradiquerait de la carte une ville comme La Rochelle. Ce serait un cataclysme"

"Les changements on les voit, les scientifiques ne font que les confirmer"

Il est donc "crucial" de s'alarmer de ce sujet, alors que la hausse des océans et son réchauffement ont un impact sur le climat, la faune, la flore...

"C'est aussi des poissons qui vont migrer, qui vont devenir de plus en plus petit car ils auront moins d'oxygène..." 

Et pourtant certains sont encore climato-sceptiques et estiment que les données ne sont pas vérifiables.

"On voit des poissons sur les côtes françaises qui étaient avant vers l'Afrique du Nord. Les changements on les voit, les scientifiques ne font que les confirmer."
James Abbott avec AFP