RMC

Cerf sauvé dans l'Oise: "Les chasseurs se prennent pour les rois"

Fin octobre, un cerf, qui s'était introduit dans une propriété privée à Lacroix-Saint-Ouen dans l'Oise, avait été tué par des chasseurs, suscitant la colère des habitants. Mardi, à quelques kilomètres de là, un autre animal a cette fois-ci pu être sauvé grâce à la mobilisation des villageois.

Mardi 26 décembre, les habitants de Bonneuil-en-Valois, dans l'Oise, ont sauvé un cerf, traqué par un équipage de chasse à courre. Contactée par RMC, Chantal, qui a été témoin de la scène, revient sur les faits et regrette l'existence de ce type de chasse qui rappelle, selon elle, "les pratiques du Moyen-Âge".

"On a entendu des chiens aboyer, on a vu le cerf rentrer dans le jardin d'une propriété avec tous les chiens qui suivaient derrière. Quand le cerf s'est retrouvé coincé, les habitants du quartier ont accouru. Les cavaliers étaient là. On les a empêchés d'escalader le grillage pour aller chercher le cerf pour en faire je ne sais quoi. Un homme est entré pour faire sortir les chiens et nous, on a fait partir tous les cavaliers. Seul le chef est resté. Le maire et les gendarmes, que l'on avait prévenus, sont arrivés. Cela a bien duré deux, trois heures. On était une bonne trentaine. Le cerf nous regardait du coin de l'oeil avec la langue pendante, rouge de sang. Au bout d'un moment, il est reparti tout doucement. 

Cela arrive bien trois, quatre fois par an malgré l'arrêté qui interdit de chasser dans le village. Cela n'empêche pas les chasseurs de venir. Il y a une paire d'années, ça s'est d'ailleurs fini en bagarre. Mardi, les villageois ont insulté les chasseurs. Vu qu'on était en force, au bout d'un moment ils sont partis. Celui qui est resté nous a parlé correctement mais au début, ils ont été méchants. De toute façon, ils se prennent pour les rois.

On voudrait que la chasse à courre n'existe plus en France parce que quand on voit l'état des animaux, c'est une honte. Les chiens, on dirait des crève-la-faim. C'est comme au Moyen-âge. Ici, on est tous du même avis. Les chasseurs se croient chez eux. On a bien vu ce qui s'est passé à à Lacroix-Saint-Ouen. Mais ici, ça ne se passera pas comme ça".

Propos recueillis par Loïc Kiefer