RMC

Cop 26: comment réduire de 30% en dix ans les émissions mondiales de méthane?

-

- - -

Plus d'une centaine de pays se sont engagés à réduire leurs émissions de méthane de 30% d'ici 2030. Le méthane est le second gaz à effet de serre lié à l'activité humaine après le CO2.

À Glasgow à l'occasion de la COP 26, plus de 100 pays se sont engagés mardi à réduire les émissions de méthane de 30% d'ici 2030 par rapport à 2020. Une avancée majeure alors que les émissions de méthane aujourd'hui sont pour les 2/3 liées aux activités humaines et que le méthane est le deuxième gaz à effet de serre lié à l'activité humaine après le CO2. S'il reste moins longtemps dans l'atmosphère, son effet de réchauffement est jusqu'à 80 fois plus important.

Une réduction de 30%, c'est un objectif atteignable selon les chercheurs, à conditions d'agir dès aujourd'hui. Parmi les principales sources de relâchement de méthane dans la nature : la façon dont on extrait les énergies fossiles. Un premier levier sur lequel il faut agir dès maintenant selon Philippe Bousquet, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l'environnement:

"Il y a de grosses fuites à l'extraction des mines de charbon ou des puits de pétrole. Il faut avant tout les détecter: une fois que c'est fait on les colmate, on change le processus de maintenance et on essayer de les limiter voire les éradiquer pour les plus grosses".

Des risques sur la consommation de viande?

Autre secteur responsable des émissions : les décharges de déchets à ciel ouvert dans les pays moins développés: "Pour tout ce qui est déchet, il faut récupérer le méthane en couvrant les décharges et mettant des métaliseurs pour tout ce qui est déchet agricole", précise Philippe Bousquet.

Il faudra également agir sur le secteur de l'agriculture et de l'élevage, notamment bovins. Une mesure plus couteuse socialement car elle pourrait affecter notre consommation de viande. Des expérimentations pour produire en émettant moins de méthanes sont actuellement en cours.

L'Allemagne, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l'Union européenne ont annoncé dans la foulée mobiliser jusqu'à 8,5 milliards de dollars pour financer la transition énergétique en Afrique du Sud notamment, très dépendante du charbon.

>> A LIRE AUSSI - "Il cherche à jouer à qui a la plus grosse": ambiance tendue chez LR, les 700 parrainages de Michel Barnier font des jaloux

Alexandra Sirgant (avec Guillaume Dussourt)