RMC

J-27 avant la COP21: comment la Chine lutte contre la pollution de l'air

A Pékin, on compte 69 véhicules pour 100 foyers

A Pékin, on compte 69 véhicules pour 100 foyers - PETER PARKS / AFP

REPORTAGE - Pour réduire la pollution engendrée par les voitures, les autorités chinoises ont multiplié les mesures. De la circulation alternée aux aides économiques, tout est fait pour que la population achète au maximum des véhicules électriques.

A moins d'un mois de la COP21 qui se déroule du 30 novembre au 11 décembre à Paris, François Hollande s'est rendu en Chine pour parler climat. Pour l'occasion, RMC s'est rendue place afin d'observer le nouveau visage du pays. Premier pollueur de la planète, l'Empire du Milieu a déclaré la guerre à la pollution de l'air, principalement pollué par l'automobile. Car, à Pékin par exemple, on compte 69 véhicules pour 100 foyers. Conséquence, des files et des files de voitures klaxonnent toute la journée autour de la capitale chinoise sur pas moins de six périphériques.

Loterie et circulation alternée

Alors pour lutter contre la pollution des voitures, le gouvernement a mis en place une sorte de circulation alternée: tous les jours de la semaine, deux numéros sont interdits. Par exemple, ce mardi les voitures dont la plaque d’immatriculation se termine par un 0 ou par un 5 n’ont pas le droit de rouler. Autre mesure: pour limiter la vente des véhicules diesel et essence, il existe un système de loterie.

Concrètement, pour pouvoir acheter une voiture, il faut s’inscrire à une tombola et attendre des mois voire des années avant de recevoir sa plaque d’immatriculation. Pour serrer la vis et limiter au maximum l'utilisation de véhicules polluants, les autorités chinoises ont aussi décidé de favoriser le développement de la voiture électrique. Aujourd'hui, les Chinois peuvent acheter une voiture verte comme ils veulent.

"Grâce aux aides, je l'ai payée moitié prix"

Preuve en est dans ce magasin situé en plein cœur de Pékin où Lin, la vendeuse, n'en finit plus de courir: "En une matinée seulement, on a vendu 27 voitures", s'enthousiasme-t-elle. Madame Deng, une cliente, brandit, elle, fièrement une feuille de papier: "C'est le contrat d'achat de ma nouvelle voiture. Normalement elle coûte 28.000 euros, c'est cher. Mais grâce aux aides de l'Etat, je l'ai payée presque moitié prix".

Car pour inciter la population à rouler propre, l’Etat aide les futurs acheteurs à hauteur de 13.000 euros. Monsieur Liang, de son côté, confie avoir choisi l’électrique pour une autre raison: "Avec mes amis, nous faisons tous très attention à la protection de la planète. Dès que je peux sortir à pieds ou à vélo je le fais. Polluer moins, c'est la responsabilité de chacun". Pour recharger la batterie de leur nouvelle voiture verte, rien de plus simple: à Pékin, il y a plus de 100 bornes de recharge. Un nombre amené à doubler d’ici la fin de l’année…

Maxime Ricard avec Juliette Droz