RMC

La majorité va-t-elle se déchirer sur le projet de loi climat?

Les débats ont commencé et s'annoncent houleux.

Les députés ont commencé leur travail sur le projet de loi climat. Deux semaines en Commission spéciale pour se pencher sur ce texte de 69 articles et ses 5.000 amendements, avant son arrivée dans l'hémicycle à la fin du mois.

Lundi soir, les députés ont discuté de la première proposition du texte, qui concerne le score carbone. C'est à dire un affichage sur les produits pour connaître son impact environnemental. Des débats en commission qui s’annoncent bouillants sur certains points.

Car au sein même de la majorité plusieurs sujets provoquent des tensions. L'une de ces mesures, c'est l'expérimentation d'un menu végétarien quotidien dans les cantines scolaires.

>> A LIRE AUSSI - Projet de loi climat: pourquoi ça va chauffer à l'Assemblée nationale

"Permettre la liberté de choix aux Français qui veulent s'alimenter pas uniquement de viande"

Le repas végétarien dans les cantines a déchiré la majorité il y a seulement quelques semaines. Mais pour la députée LREM Célia de Lavergne ce sujet a toute sa place dans le projet de loi.

"C'est simplement de permettre la liberté de choix aux Français qui veulent s'alimenter pas uniquement de viande, sans pour autant y renoncer. C'est une demande des enfants et des parents. Et en plus de ça c'est bon pour l'environnement."

La députée espère aller au delà de l'expérimentation et rendre ce menu végétarien à l'école définitif. Un avis pas du tout partagé par Jean-Baptiste Moreau, pourtant lui aussi membre de LREM. Le député de la Creuse a même déposé un amendement pour retirer cet article.

Et c'est loin d'être le seul sujet de discorde des députés marcheurs; entre ceux qui veulent aller plus loin et ceux qui freinent des quatre fers. "Les débats s'annoncent vifs" anticipe un membre de la majorité. Notamment sur la limitation des lignes aériennes intérieures, ou encore sur la taxe pour les engrais azotés.

La ministre de l'Ecologie, elle, a tracé une ligne rouge: les députés ne doivent pas acter un recul par rapport au texte présenté par le gouvernement.

Romain Cluzel (avec J.A.)