RMC

Pourquoi épisode de pollution et Covid-19 ne font pas bon ménage

Un épisode de pollution touche la région parisienne et n'arrangera pas situation sanitaire déjà compliquée.

Un nouvel épisode de pollution aux particules fines ce mardi en Île-de-France. L'organisme AirParif met en garde la population et demande d'éviter les activités sportives notamment.

Une large partie de la région est concernée. C'est le deuxième épisode de pollution aux particules fines en une semaine à Paris, lié en grande partie à la baisse des températures. Mais beaucoup de régions ont été concernées en France la semaine dernière.

Pollution et épidémie de Covid-19 ne font pas bon ménage selon les scientifiques. L'hypothèse n'est pas totalement nouvelle. Dès novembre dernier, une étude de l'Université de Genève constatait une corrélation entre la hausse des cas graves et la pollution de l'air.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: pourquoi la question du reconfinement le week-end se repose en Île-de-France

Quid des particules de sable du Sahara?

Les particules fines auraient contribué à 19% des morts du Covid-19 en Europe. Les fortes concentrations en particules fines dans l'air sont responsables de problèmes respiratoires et peuvent donc de fait causer des formes plus graves de la maladie.

Mais la pollution de l'air pourrait également augmenter la transmission du virus. Notamment les épisodes favorisés par des remontées de poussières de sable du Sahara.

Il y en a eu trois le mois dernier en France. Et d'après les chercheurs, les particules de sable peuvent véhiculer sur des centaines voire des milliers de kilomètres des pollens, des bactéries et des virus.

Pierrick Bonno (avec J.A.)