RMC

Incendies en Gironde: la chaleur et le vent suscitent une "grande crainte" ce lundi

La chaleur et le vent font craindre une nouvelle progression des incendies de La Teste-de-Buch et de Landiras, en Gironde.

Des images saisissantes, effrayantes. Au bord de l’océan Atlantique, ce dimanche, des bateaux ont filmé l’embrasement des pins à la limite de la plage, au sud de la Dune du Pilat. L’incendie, qui a débuté mardi dernier à La Teste-de-Buch (Gironde), a atteint l’océan sur son front ouest. Une limite provisoire. Au pic de la canicule, il est prévu 40°C ce lundi dans cette zone. Et les pompiers s’inquiètent d’un retour des flammes vers l’intérieur des terres, à cause du vent.

"Comme chaque nuit, le feu s’est encore étendu, mais de façon modérée, explique sur RMC, Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde et du SDIS 33. Sur celui de La Teste, il est tenu sur le sud, il s’est un peu réparti vers l’océan. A Landiras, il a un peu progressé, mais reste tenu. La grande crainte est pour aujourd’hui parce que nous avons des températures caniculaires, au-delà de 40°C, et des vents plus puissants, venant de l’ouest. Ce qui nous laisse craindre une journée très difficile."

De la pluie espérée la nuit prochaine

"Les flammes ont atteint l’océan, sur La Teste. Nous avons réussi à préserver les campings et les maisons forestières de l’ONF. La vraie crainte, ce sont les vents de l’ouest, qui ramènent le feu sur la terre, ajoute Jean-Luc Gleyze, qui espère que la pluie viendra soulager, la nuit prochaine, les pompiers qui combattent déjà depuis de nombreux jours face à des incendies dévastateurs en Gironde.

"Nous avons des températures très hautes et très peu d’hydrométrie, avec 10% d’humidité, indique le président socialiste du département de la Gironde. Nous devrions passer, dans la seconde moitié de la nuit prochaine, à 90% d’humidité. Ce sera bien mieux pour nous. Il est clair que la sécheresse ne favorise pas, avec les températures caniculaires, la possibilité de maintenir ce feu. Il faut espérer qu’une fois la nuit prochaine passée, nous trouverons des conditions un peu plus satisfaisantes et favorables pour contenir l’incendie."

LP