RMC

Neige, verglas: la double peine pour les sinistrés des inondations

Un nouvel épisode neigeux s'abat sur une grande partie de la France ce vendredi. Une épreuve de plus pour les sinistrés des inondations qui commencent à peine le nettoyage de leurs maisons, comme à Villeneuve-St-Georges, dans le Val-de-Marne, où RMC s'est rendue.

Pour eux, c'est la double peine. Les sinistrés des inondations, dont certains peuvent à peine rentrer de nouveau dans leur maison doivent affronter le froid et la neige de ces derniers jours. Dans ces conditions, il faut vivre et tenter de nettoyer, alors que l'eau commence à peine à s'évacuer. RMC s'est rendue à Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val de Marne, une des communes les plus touchées par les inondations de fin janvier. Malgré la neige, c'est grand ménage pour José et Christophe, dont la maison s'est retrouvée sous plusieurs centimètres d'eau. Ça glisse à l'extérieur, et à l'intérieur, il ne fait que 4,6° degrés au thermomètre. Tant pis, il faut s'atteler à la tâche. "On ne choisit pas notre journée pour réhabiliter les choses. Si les températures continuent à geler dans la maison et que vous avez de l'eau dans les tuyauteries, alors l'eau va geler et faire péter les canalisations", explique Christophe.

"Dans ma chambre c'est comme si j'étais dehors"

Les deux hommes ont un autre toit pour se réchauffer, ce qui n'est pas le cas de Marie. Elle habite à quelques kilomètres de là et la neige s'est invitée dans son jardin. "Je n'ai pas d'eau et pas d'électricité", déplore-t-elle. Le panneau d'électricité et la chaudière sont dans sa cave, inondée. Alors avec ses deux filles et son mari, c'est "à la bougie" qu'elle vit. "Il fait 10 degrés dans la maison. J'ai froid, évidemment. Dans ma chambre c'est comme si j'étais dehors". "C'est comme ça, c'est la nature", dit-elle, fataliste. Heureusement, la gazinière intacte lui permet de préparer des plats chauds. Une maigre consolation en attendant des jours meilleurs.

P. G. avec Thomas Chupin