RMC

Migrants: "il y a un racisme d’Etat", selon Cédric Herrou

Le parquet de Nice a fait appel jeudi de la condamnation de Cédric Herrou à une amende avec sursis. Le 10 février, cet agriculteur était condamné à une amende de 3.000 euros avec sursis pour avoir aidé des migrants à passer la frontière italo-française.

C’est un homme en colère, un homme qui lutte. Cédric Herrou est devenu le symbole de l’aide aux migrants. Dans Bourdin Direct, l’agriculteur dénonce le comportement d’un Etat qui n’assume en rien son devoir selon lui. "Quand ils arrivent ici, ils sont déçus parce qu’on ne leur propose aucune vie possible. C’est un problème de représentativité de la démocratie. La gestion de Madame Hidalgo sur Paris c’est un vrai scandale. Il y a des gamins qui dorment dehors, c’est dans son obligation de les prendre en charge".

Cédric Herrou dénonce ce qu'il appelle "un racisme d'Etat". "Sous prétexte qu’ils soient noirs on ne les prend pas en charge? J’ai l’impression qu’il y a une espèce de racisme d’Etat instauré et qui est là aux yeux de tous. Nous citoyens, on est obligés de se battre avec les moyens que l’on a contre ça".

"Si on veut arrêter des migrants on ne va pas arrêter des blonds aux yeux bleus"

"La frontière a été faite pour qui? Pour les Hollandais? Non pour les gens d’Afrique et les gens d’Afrique sont noirs. C’est logique que les ordres des policiers soient d’arrêter les noirs. Si on veut arrêter des migrants, on ne va pas arrêter des blonds aux yeux bleus. Quand je dis ça on me répond que non, pas du tout, ils ne sont pas ciblés. J’ai un gamin qui a tenté 10 fois de passer la frontière. Les 10 fois il s’est fait contrôler alors que moi, quand je passe, je ne suis jamais contrôlé. C’est logique que, si on met une frontière contre les migrants, on arrête des noirs". 

Bourdin Direct avec A.B.