RMC

"Objectif Terre": le plus grand yacht au monde vient d’être mis à l’eau pour préserver les océans

-

- - -

Le milliardaire norvégien Kjell Inje Rokke a financé la création d'un yacht de 182 mètres de long afin d’étudier et dépolluer les océans. Les données seront accessibles à tous les chercheurs dans le monde. Sa mission est colossale.

Le 24 août dernier, le REV Ocean a été mis à l’eau pour la première fois dans le but d’analyser et dépolluer les océans. Le milliardaire norvégien Kjell Inje Rokke a financé la création de ce yacht de 182 mètres de long, ce qui est un record. Ironie de l’histoire, l’homme a fait fortune dans la construction navale et l’offshore pétrolier. Un paradoxe mais le milliardaire a expliqué vouloir rendre à l’océan ce que l’océan lui a donné.

Kjell Inje Rokke est aujourd’hui préoccupé par la pollution marine et souhaite, avec la création de ce géant des mers, mettre sa pierre à l’édifice pour éliminer un maximum de déchets. "Le poids total des déchets plastiques dépassera celui des poissons en 2050" s’inquiète-t-il. Son bateau tentera donc de repousser au maximum cette date fatidique.

Mission impossible ?

L’élimination totale est de toute façon impossible. Aujourd’hui, on estime qu’il y a plus de 5 trillions de tonnes de débris dans les océans et “seulement” 269.000 tonnes qui flottent à la surface. Mais pourquoi ne rien faire quand on peut faire quand même. C’est en tout cas la philosophie de ce Norvégien.

Des moteurs diesel hybrides

Son navire d’un nouveau genre se veut évidemment écologique. Il a un système d’aspiration qui va lui permettre de récupérer les déchets avant que ces derniers ne soient placés dans un incinérateur pour être brûlés. Le Kjell Inje Rokke assure qu’ils seront brûlés d’une manière positive pour l’environnement, sans produire de gaz nuisibles.

Le bateau ultra-moderne sera capable de naviguer dans toutes les eaux du globe, y compris au milieu des icebergs de l’Arctique... il sera propulsé grâce à des moteurs diesel hybrides, permettant de naviguer jusqu’à 114 jours sans escale.

Géraldine de Mori (avec Maxime Trouleau)