RMC

Plastique, est-ce au consommateur de payer? Ça fait débat sur RMC

Le gouvernement français a décidé d'agir pour lutter contre la trop grande présence de plastique en instaurant une nouvelle mesure incitative: un système de bonus-malus. Alors on vous pose la question: est-ce au consommateur de payer?

Le gouvernement veut passer par le portefeuille des Français pour faire changer leurs habitudes. Et surtout pour inciter les consommateurs à être plus écolos. Par exemple, dès 2019, si vous devez choisir entre deux bouteilles, l'une en plastique recyclée et l'autre non, la recyclée sera moins chère.

Certains saluent cette mesure comme Mathieu Orphelin, député la République en Marche. Selon lui, augmenter jusqu'à 10% le bonus-malus sera bien plus efficace que ce qui existe déjà, c'est comme ça que les consommateurs changeront leurs habitudes: "Aujourd'hui, ces bonus-malus peuvent exister sur certains produits électroniques mais ils sont d'un montant beaucoup trop faible, 2-3 centimes sur un téléphone portable, c'est pour ça que de dire que ce bonus-malus puisse aller jusqu'à 10% du prix du produit, là les gens vont commencer à faire attention et orienter leurs achats vers des produits qui sont les plus responsables pour l'environnement".

Seulement 26% des emballages en plastique sont recyclés

D'autant plus qu'aujourd'hui, la moitié des déchets en France vient du plastique et on ne recycle que 26% des emballages. Alors évidemment, ça sera long à mettre en place : "Nous ne pouvons pas le faire du jour au lendemain", a précisé la secrétaire d'Etat à la transition écologique et solidaire, Brune Poirson.

Mais certains restent sceptiques quant à cette méthode du bonus-malus à l'image d'Alain Bazot, président de l'UFC que choisir. Il craint que le seuil maximal des 10% ne soit jamais appliqué: "Si on nous annonce un 10% maximum, en réalité, ce sera beaucoup moins et ça va prendre un temps infini, moi je vais plutôt dénoncer un effet d'annonce parce que nous on veut un vrai signal, une vraie pénalité et même si ça se retrouve dans le prix, le marché fera son œuvre et le consommateur se détournera de ces produits. Et si c'est accompagné d'un vrai bonus qui permet de bien descendre le prix, le consommateur aura vraiment le choix".

Mais pour que les consommateurs aient vraiment le choix, il va aussi falloir que les industriels jouent le jeu. Eux aussi vont être encouragés à utiliser de plus en plus de plastique recyclé car aujourd'hui, dans les rayons de nos supermarchés, seulement 6% des produits en sont issus.

Alice Froussard (avec P.B.)