RMC

Pourquoi on n'a pas marché sur la Lune depuis 1972

-

- - AFP

La société américaine SpaceX a annoncé vouloir envoyer deux touristes autour de la Lune fin 2018, ce qui marquera, en cas de succès, le premier vol au-delà de l'orbite terrestre depuis la fin des missions américaines Apollo au début des années 70. Mais pourquoi personne n'est retourné sur la Lune depuis tout ce temps? Eléments de réponse.

Cyprien Verseux, astrobiologiste, a passé une année enfermé dans un dôme à Hawaï aux conditions de vie similaires de celles sur Mars. Un projet supervisé par la Nasa:

"L'une des raisons pour lesquelles nous ne sommes pas retournés sur la Lune depuis 1972 est que, à l'époque, son exploration était un enjeu politique plus que scientifique. Aller sur la Lune coûte cher (près de 160 milliards de dollars pour le programme Apollo), il fallait donc une grosse motivation pour obtenir les financements. Or, à l'époque du programme Apollo, nous étions en pleine guerre froide et les Etats-Unis voulaient montrer qu'ils étaient capables de le faire. Ils voulaient y arriver avant les Soviétiques. Mais une fois qu'ils y sont arrivés, il n'y avait plus la même pression politique.

Le Congrès américain était donc beaucoup moins intéressé par les arguments scientifiques d'une telle exploration. Ils ont donc mis fin au financement du programme. Ainsi, je pense que la raison pour laquelle on n'est pas retourné sur la Lune depuis plus de 40 ans, c'est surtout en raison de ce manque de financement. Comme il n'y a plus de pression politique, ou beaucoup moins en tout cas, les financements sont beaucoup plus difficiles à trouver.

"On a énormément de choses à apprendre sur Mars"

De même, l'exploration de la Lune est désormais en concurrence avec celle de Mars ou l'observation des exoplanètes. En effet, si on a différents objectifs, les ressources, les financements sont nécessairement éparpillés. Mais tout ce qui est alloué à la Lune n'est pas perdu pour Mars et inversement. Certaines des technologies développées vont en effet servir à l'exploration de l'un et de l'autre.

Cependant, de mon point de vue, l'exploration de Mars est plus importante que celle de la Lune. En effet, on ne sait pas s'il il y a eu de la vie sur Mars, s'il y en a encore. On a énormément de choses à apprendre sur son passé, sa formation, son climat… Scientifiquement, c'est beaucoup plus intéressant d'aller sur Mars que sur la Lune. Mais c'est aussi beaucoup plus difficile.

"En réalité, on en sait relativement peu sur la Lune"

Pourtant, envoyer des gens sur la Lune aujourd'hui coûterait moins cher parce que la plus grande part du budget était le développement des lanceurs et des moyens techniques pour atterrir. Et il y a un véritable intérêt scientifique d'y retourner. En effet, pendant le programme Apollo, on a essentiellement envoyé des militaires peu formés à la science. Ce qui fait qu'en réalité, on en sait relativement peu sur la Lune. On a ramené beaucoup d'échantillons rocheux, analysés ensuite en laboratoire, mais on pourrait en apprendre beaucoup plus si on envoyait des équipes de scientifiques.

Désormais, on a tendance à envoyer des robots (comme Curiosity sur Mars) mais ce ne sont pas des alternatives aux missions habitées. Les robots peuvent faire certaines choses mais pas tout ce que pourraient faire des humains sur place. Ces dernières années, l'Inde et la Chine ont montré un intérêt prononcé quant à une éventuelle exploration de la Lune. Mais ces deux pays n'ont pas la même expérience que les Etats-Unis en ce qui concerne les missions spatiales habitées. C'est pourquoi, selon moi, les deux organisations susceptibles, à court terme, d'envoyer une mission sur la Lune seraient les Etats-Unis ou une collaboration entre l'Europe et la Russie. Autre possibilité enfin: une entreprise privée, comme SpaceX.

"On pourrait se rendre sur la Lune dans les deux-trois ans"

Mais, à l'heure actuelle, les plans de la Nasa ne sont pas très clairs. On va voir quelles sont les intentions de Donald Trump à ce sujet. Il y avait de vagues plans d'envoyer quelqu'un sur la Lune avant d'aller sur Mars. Concrètement, on irait sur place afin de tester des technologies qui pourraient ensuite être utilisées sur la planète rouge. Mais on ne sait pas encore réellement ce qu'il va se passer. L'Europe, de son côté, comme l'explique Johann Wörner, directeur de l'Agence spatiale européenne, veut développer un "Moon village". L'idée serait de créer une base sur la Lune, en collaboration avec plusieurs pays dont la Russie, sur le même principe que les bases scientifiques installées sur les pôles en ce moment.

Il existe donc un intérêt de la part de différents pays pour se rendre sur la Lune mais il n'y a pas encore de plans clairs, de deadline précise. Toutefois, cela pourrait très bien se préciser dans les deux ou trois prochaines années".

Propos recueillis par Maxime Ricard