RMC

Un an passé sur Mars, ou presque: "La mission est réussie"

Les six volontaires qui s'étaient isolés pendant un an à Hawaii afin de récolter des informations utiles pour envoyer des astronautes sur Mars ont terminé leur expérience ce dimanche. Parmi eux, un Français: Cyprien Verseux, un doctorant en astro-biologie de 26 ans.

Un an à simuler la vie sur Mars... La mission HI-SEAS menée par la Nasa et l'Université d'Hawaï s'est terminée ce dimanche soir. Après un an à vivre comme sur Mars, les six volontaires vont donc retrouver une vie normale. Ils ont vécu coupés du monde dans un dôme de 11 mètres de diamètre et de 93m², installé à 2.400m d'altitude sur les flancs d'un volcan hawaïen. Quatre fois par semaine, les membres de l'équipe effectuaient des sorties à l’air libre en scaphandre spatial. Ils ont aussi mené de nombreuses expériences scientifiques pour préparer un futur voyage.

Parmi les membres de la mission, composée de trois hommes et trois femmes, se trouvait un Français: Cyprien Verseux, doctorant en astro-biologie de 26 ans. Ce lundi, sur RMC, il raconte cette expérience. " Ça fait bizarre (de sortir). Après avoir passé un an sans être à l'air libre, sans parler à qui que ce soit en dehors de mes coéquipiers, à ne manger que de la nourriture déshydratée, me retrouver dehors avec un buffet avec des fruits frais, voir des visages que je ne connaissais pas, ça fait vraiment bizarre".

Aller sur Mars? "Pas avant 20 ou 30 ans"

Il ajoute: "Les choses qui avant la mission me paraissaient banales, je vais vraiment en profiter à fond dans les semaines qui viennent". "On va avoir une semaine de débriefing avec des chercheurs, renseigne encore Cyprien Verseux. On va leur parler de tout ce qui s'est passé durant la mission afin d'en apprendre le plus possible et préparer les futures missions pour Mars. Tout ça est extrêmement stimulant".

Car cette opération doit permettre à la Nasa de tester la viabilité, psychologique et physique, d'une vie recluse en prévision d'une mission sur Mars... Pour autant, la visite de la planète rouge n'est pas pour tout de suite estime l'astronaute français de l'Agence spatiale européenne, Michel Tognigni. "On peut dire que la mission est réussie car ils ont réussi à tenir un an sans souci. Maintenant, la mission sur Mars est beaucoup plus complexe… Mais un tel voyage n'aura pas lieu avant 20 ou 30 ans. En attendant, ce genre de mission d'entraînement psychologique est très utile pour régler tous les problèmes de sélection des membres de l'équipage qui se rendra sur place".

M.R avec Benoît Ballet