RMC

Retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris: NKM appelle à des sanctions commerciales

La décision de Donald Trump de désengager les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat provoque un tollé à travers le monde. Invitée ce vendredi de Bourdin Direct l'ancienne ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a appelé à prendre des sanctions commerciales contre les Etats-Unis.

"Make our planet great again". C’est en anglais et en détournant le slogan de campagne de Donald Trump, qu’Emmanuel Macron a condamné le retrait des Etats-Unis des accords de Paris sur le climat, annoncé jeudi soir par le président américain. S’adressant aux Etats-Unis et au monde, son message a sonné comme un défi à son homologue. Un défi qu’il ne doit pas porter seul selon Nathalie Kosciuzko-Morizet, ancienne ministre de l’Ecologie sous Nicolas Sarkozy et invitée dans Bourdin Direct ce vendredi. 

"On sait qu’il y a une urgence climatique et elle est en train de devenir une urgence politique. Ce qui se passe au Etats-Unis existe aussi en terme mineur dans d’autres pays. La lutte contre le changement climatique est contestée, de même que les accords sur le climat. Il est nécessaire d’avoir un engagement politique fort dans l’exécutif et dans les assemblées. Je veux que l’on ait des parlementaires mobilisés sur ce sujet, pour pouvoir porter les accords et les politiques".

Pour NKM, l’heure est désormais aux sanctions après les discours. "Maintenant, la question c’est: comment faire pour aller plus loin? Il y a quelques jours, il y a eu le G7 et cette poignée de main qui est une image symbolique. Emmanuel Macron a dit que Trump viendrait à son rythme, et nous avons vu le rythme. Six jours après, il se retire. Il faut trouver le moyen de repasser à l’offensive. Ce qui peut faire plier Trump et ce genre de personne, c’est l’alliance des peuples. C’est quand Trump dit: 'Je préfère les gens de Pittsburgh aux gens de Paris', et que le maire de Pittsburgh répond que lui, il aurait signé les accords de Paris".

En plus d’une alliance sur les idées, Nathalie Kosciuzko-Morizet demande des sanctions économique, comme des droits de douane. "Pour aller plus loin en matière de négociation pour protéger l’environnement, il faut conjuguer cette question écologique avec celle des accords commerciaux. Aujourd’hui on n’a pas les moyens de sanctionner un état, qui ne prend aucune mesure pour la lutte contre le changement climatique. On ne peut rien faire d’autre que de la réprobation internationale. Je voudrais qu’on puisse associer la question environnementale et la question commerciale. Il faut faire peser des sanctions commerciales, c’est-à-dire des droits de douane".

La réprobation internationale? Trump s'en moque

"Il faut trouver un moyen de faire pression et manifestement la réprobation internationale ne suffit pas, il s’en moque. Il faut pouvoir dire: 'Vous fabriquez des produits dans un contexte où vous ne vous imposez pas les mêmes normes que nous, alors nous allons les taxer".

Bourdin Direct avec A. B.