RMC

Aides sociales: la prime d'activité dans le viseur du gouvernement

Gérald Darmanin a estimé mardi qu'il y avait trop d'aides sociales en France. Le gouvernement pourrait envisager de modifier les conditions d'attribution de la prime d'activité.

Trop d'aides sociales en France? C'est ce qu'estime Gérald Darmanin. Le constat du ministre des Comptes publics est le suivant: les dispositifs d'aides existants ne sont pas des tremplins efficaces pour retrouver un emploi stable. "Les aides sont trop éparpillées", explique un proche de Gérald Darmanin.

Dans le viseur du ministre des Comptes publics: la prime d'activité qui est un complément de salaire pour les personnes qui touchent moins de 1.500 euros nets par mois. Son montant moyen était de 158 euros, variable selon la composition et les ressources du foyer. En 2016, cette prime coûtait 4 milliards d'euros à l'Etat. Deux ans plus tard, elle en coûte 6 et "que je sache, cela n'a pas permis de faire baisser de manière significative le chômage ou la pauvreté", explique un proche du ministre. D'où l'idée du gouvernement de remettre à plat les différents systèmes d'aides existants pour les rendre plus efficaces. "On doit faire mieux avec moins", explique-t-on à Bercy.

La majorité reste vigilante

Le gouvernement affirme qu'il ne s'agit pas de baisser les prestations individuelles des allocataires. Pourtant, dans la majorité, on est vigilant. A l'affut même: "Si le gouvernement fait ça pour faire des économies ou pour faire plaisir à Bruxelles, ça ne va pas passer", confie un parlementaire LaREM.

Le chantier s'annonce d'autant plus compliqué que sa revalorisation de 50% était l'une des mesures sociales du programme du candidat Macron. Une première revalorisation de 20 euros mensuels, votée dans la loi de Finances 2018, doit intervenir en octobre. Le gouvernement s'était alors engagé à poursuivre cette hausse "chaque année jusqu'à atteindre 80 euros par mois en plus".

Stéphanie Collié (avec P.B.)