RMC

"Ça me ferait travailler jusqu’à 73 ans": pas enregistrée par l'URSSAF, elle perd 11 ans de retraite

L'URSSAF réclame à Sophie, qui a travaillé pendant onze ans avec son mari boulanger, 9.000 euros, soit trois années de cotisation. Et elle perdrait également les huit autres années, qui ne compteraient pas pour sa retraite. Une situation qui n'est pas isolée.

Sophie a travaillé pendant 11 ans aux côtés de son mari boulanger, en tant que conjointe-collaboratrice. Tous les documents nécessaires à l'ouverture et à la création de l'entreprise ont été envoyés aux différents organismes administratifs. Mais récemment, les services de l'URSSAF lui ont réclamé plus de 9.000 euros, et lui ont appris qu'elle n'aurait jamais cotisé pour sa retraite.

“A leurs yeux, je n’existais pas dans l’entreprise. Ils ne m’ont pas pris en considération, ils ne m’ont pas enregistrée. Donc, à l’heure actuelle, ils me demandent trois années de cotisations. Sauf que déjà, avec le salaire actuel que j’ai, je suis à peine au-dessus du Smic, donc c’est compliqué. Et je perds quand même les huit autres années puisque j’ai travaillé pendant onze ans au sein de cette entreprise. Donc déjà qu’il faudrait travailler jusqu’à 65 ans, moi, il faudrait que j’en rajoute huit. Donc ça me ferait travailler jusqu’à l’âge de 73 ans. J’aimerais que quelque chose soit fait pour les huit années que j’ai perdues parce qu’on a fait les choses dans les règles et perdre ces huit années, ça fait mal. C’est un gros coup dur”, confie-t-elle.

Sophie et son mari avaient confié la gestion des comptes de la boulangerie à un cabinet comptable. Et comme ils avaient rempli tous les papiers dans les règles, ils ne pensaient pas être confrontés un jour à une telle déconvenue. Et pourtant... Lionel Viennois, gérant du cabinet de conseil Optimaretraite, a déjà été confronté à ce type d'affaires: “Il y a des cabinets qui font hyper gaffe, qui sont vigilants et donc ils voient dans le bilan que la partie cotisation, elle est oubliée. Et il y en a d’autres qui font les choses plus vite, ou qui sont moins vigilants, et qui ne s’en aperçoivent pas. Et ça, c’est une catastrophe”.

Deux solutions pour régler la situation

"RMC s'engage pour vous" a tenté de contacter le comptable de Sophie, qui refuse de nous répondre. Cette dernière est entrée en contact avec Emma Léoty, avocate en droit financier. Pour elle, sa cliente n'est pas sans solution.

“Sophie a deux solutions. Soit elle se retourne contre l’URSSAF et le RSI qui manifestement ont tardé à affilier Sophie. Soit elle se retourne contre l’expert-comptable qui, s’il devait affilier Sophie dans le cadre de sa mission, ne l'a manifestement pas fait. Nous sommes en train de faire les vérifications nécessaires pour voir quel était le rôle de l’expert-comptable. Mais quoi qu’il en soit, Sophie n’est pas sans solution”, assure-t-elle.

L'URSSAF assure de son côté que les équipes vont prendre connaissance du dossier et prendre contact avec Sophie pour essayer de trouver avec elle des solutions.

Marie Dupin, Anne-Lycia Tollinchi et Joanna Chabas avec Guillaume Descours