RMC

Calanque de Sugiton: les vacanciers conquis par le système de réservation

Depuis le 11 juillet, le Parc national des calanques impose aux vacanciers qui souhaitent se rendre sur le site de Sugiton de réserver un créneau en ligne. Un dispositif qui permet de préserver la calanque de l'érosion.

Premier bilan pour la calanque de Sugiton (Bouches-du-Rhône). Un mois après la mise en place d'un système de réservation obligatoire pour limiter le nombre quotidien de visiteurs sur le site, les vacanciers semblent conquis.

C'est le cas d'Elisa, une Marseillaise qui était au départ contre ce dispositif. Elle a changé d'avis après avoir passé une journée dans la calanque.

"C'était très agréable, finalement l'été on n'y venait plus parce qu'on se disait qu'il y avait trop de monde, là c'était des vacances" témoigne-t-elle au micro de RMC.

Même constat pour Raphaël, qui a envie de "redécouvrir" la calanque. "Ca donne envie de revenir, de la redécouvrir autrement, en plus avec moins de monde on en profite vraiment mieux".

400 visiteurs au lieu de 2500

L'accès à la calanque est désormais limité à 400 visiteurs par jour, alors que des pics à plus de 2500 personnes étaient enregistrés avant la mise en place du système de réservation. Pour y accéder, il suffit de réserver gratuitement un créneau sur le site du Parc national des Calanques.

Mais ils sont parfois pris d'assaut. "C'est pas forcément évident, car les places sont assez vite prises" témoigne une vacancière.

"A chaque fois on a essayé de réserver trois jours avant, et puis aujourd'hui ça a fonctionné" se réjouit-elle.

Quelques verbalisations

Si la réservation est gratuite, le non-respect de ce dispositif peut donner lieu à une verbalisation d'un montant de 68 euros. Mais depuis la mise en place du système, seulement une poignée de personnes ont été verbalisées, selon Didier Réault, le président du Parc national des calanques.

Il explique vouloir "sensibiliser d'abord" avant de réprimander, et sanctionner "s'il y a récidive ou mauvaise volonté".

Ce dispositif a été mis en place pour protéger la calanque, qui souffre d'érosion "très marquée liée à la surfréquentation", précise le Parc. Il sera effectif au moins jusqu'au 21 août.

Le Parc pourrait aussi prendre la décision de le prolonger ou de le pérenniser. Des questionnaires de satisfaction remplis par les visiteurs permettront d'aiguiller leur choix.

Clémence Fournival