RMC

Marseille: la calanque de Sugiton limite son accès à 400 visiteurs par jour

Le Parc national des Calanques, à Marseille, a annoncé restreindre l'accès à la calanque de Sugiton à partir de dimanche. Seules 400 personnes, qui devront avoir réservé leur place, pourront accéder au site.

Désormais, seulement 400 personnes par jour pourront accéder à la calanque de Sugiton à Marseille. Pour lutter contre le surtourisme, l'accès sera limité à partir de dimanche. La réservation sera gratuite mais obligatoire sur le site du Parc national des Calanques.

Un moyen de protéger ce site "victime d'un phénomène d'érosion des sols très marqué du fait de la surfréquentation", explique le Parc. Jusqu'ici, 2.500 personnes la fréquentaient chaque jour au cœur de l'été. Sur le chemin pour descendre à la calanque de Sugiton, cette histoire des quotas divise. Il y a ceux qui sont pour.

“Je trouve que c’est une bonne chose avec le nombre de personnes qui viennent dans les calanques”, affirme un homme. “Je trouve que c’est une bonne idée. L’objectif est de protéger le parc naturel, donc autant que ce soit mis en place”, juge une autre.

Et ceux qui ne comprennent pas trop. “C’est une contrainte en plus. On a des contraintes sur la route, on a des contraintes dans la vie active, on a des contraintes de partout et quand on s’échappe dans la nature, on n’a plus envie de contrainte”, estime un homme assis dans les rochers. “Ça enlève toute la beauté de l’instant. C’est sûr que c’est prévoir, préméditer chaque chose. On perd un peu d’authenticité”, ajoute un autre.

Victime du tourisme de masse

Dimanche, pour la première fois, seulement 400 personnes pourront profiter des eaux cristallines, comme nous l’explique Zacharie Bruyas, chargé de la communication du parc.

“Il y a 400 places qui sont réservables. Il faut aller sur Internet, c’est très simple. Il faut entrer ses coordonnées, vous allez recevoir un QR code qu’il faudra présenter ici. Il y a deux agents qui vont les vérifier. Et en amont, pour les gens qui n’aurait pas eu l’information, il y aura des panneaux, du monde aussi pour informer de la mesure”, détaille-t-il.

Depuis des années, la calanque de Sugiton est victime de son succès et le tourisme de masse a eu un impact négatif sur la nature. Pour Didier Réault, président du parc national, il était urgent de trouver des solutions pour la sauver.

“Il était important de protéger cette calanque qui est victime l’érosion des sols, au déracinement des arbres et puis à l’écrasement des plantes et l’effarouchement des espèces. Donc le cœur de métier d’un parc national, c’est de protéger la nature et de développer la biodiversité. Et la surfréquentation qui pouvait atteindre 2500 personnes par jour était vraiment dévastatrice”, pointe-t-il.

Les personnes qui s’aventureront dans cette calanque sans avoir réservé risqueront une amende de 68 euros.

Clémence Fournival avec Guillaume Descours