RMC

Carburants: la stratégie du gouvernement pour sortir de la crise

De nombreuses stations-service sont toujours à sec ce lundi. Pourtant, le gouvernement, qui refuse d'employer le mot pénurie, assure que la situation va s'améliorer dans les prochains jours malgré le scepticisme de l'opposition.

29,7% des stations-services du pays sont à sec d'au moins un carburant. Ce sont les chiffres communiqués ce dimanche par le ministère de la transition énergétique. Avec de fortes disparités régionales.

C'est près de 55% par exemple dans le Pas-de-Calais, et près de 45% en Île-de-France. Une situation qui s'est donc dégradée tout au long des derniers jours. Mais pour autant, l'exécutif, notamment par la voix d'Élisabeth Borne, assure que la situation va s'arranger.

Rassurer pour éviter de créer la panique, c'est la stratégie du gouvernement qui promet une amélioration dès ce lundi et qui s'interdit d'utiliser le mot de pénurie. Cela risquerait, explique-t-on, d'inquiéter et donc d'amplifier les difficultés.

La négociation avec les syndicats, seule issue?

Seulement dans la majorité, certains y voient du déni. Ce député macroniste par exemple qui lui-même a eu du mal à remplir son réservoir ce week-end. "Les Français voient bien que c'est la galère. Il n'y a rien de pire que de leur dire que c'est faux", s'agace-t-il. Mais c'est surtout l'opposition qui attaque avec notamment Marine Le Pen qui en substance reproche à l'exécutif de faire l'autruche.

Le gouvernement fait tout ce qui est possible notamment avec l'utilisation des stocks stratégiques, répond quant à elle la ministre de la Transition énergétique, en première ligne. Tout en appelant avec insistance syndicats et patronats à négocier rapidement, seule issue à la sortie de crise.

Cyprien Pezeril avec Guillaume Descours