RMC

Carburant: "Environ 15% des stations-service sont en difficulté" selon Olivier Véran

Sur RMC-BFMTV ce vendredi, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran écarte toute pénurie de carburant, même s'il reconnait des difficultés. La situation pourrait se débloquer, selon lui, à l'issue du mouvement de grève chez Total Energies.

Olivier Véran n'est pas inquiet. Invité de RMC et BFMTV ce vendredi, le porte-parole du gouvernement a écarté toute idée de pénurie de carburant alors que de nombreuses stations-service sont privées d'essence et que les files de voitures pour faire le plein s'allongent.

S'il a reconnu une "situation disparate" avec "15% des stations-service du pays en difficulté", ces difficultés résultent d'une grève à l'initiative de la CGT portant sur des questions salariales vis-à-vis du groupe Total Energies, et qui dure depuis 11 jours. "Il y a quelques raffineries encore bloquées mais nous ne manquons pas d'essence et les groupes pétroliers continuent d'importer du carburant", précise Oliver Véran, écartant toute "pénurie globale".

"On est dans des difficultés temporaires de distribution liées à un mouvement social et à la ristourne faite dans les stations Total. Nous sommes attentifs à ce que ce mouvement social trouve une issue rapidement, pour ne pas déclencher une spirale de désagréments très gênants", appelle Olivier Véran, alors que le dialogue entre Total et les syndicats semble au point mort après 11 jours de grève.

Vers une interdiction du remplissage de jerricans?

"Ces pénuries sont accentuées par des automobilistes qui craignent de ne pas avoir d'essence. Il y a de l'inquiétude et un certain nombre de nos compatriotes vont dans les stations avec leur jerricans", veut rassurer le porte-parole du gouvernement, qui appelle à ne pas paniquer.

Mais pas question pour autant de mettre en place un rationnement ou d'envoyer l'armée pour débloquer les raffineries, comme le souhaite Xavier Bertrand. Si le dialogue social continue à faire du surplace, Olivier Véran assure que la France peut compter sur ses "stocks stratégiques" de carburant.

"Quand on a des difficultés majeures, on peut compter sur nos stocks stratégiques qui nous permettent de tenir trois mois", explique le porte-parole du gouvernement, alors que ces stocks stratégiques ont été ouverts dans les Hauts-de-France. Et si c'est insuffisant, le gouvernement pourrait envisager d'interdire de faire des stocks en utilisant un jerrican.

Guillaume Dussourt