RMC

Déconfinement: le retour à l'école se fera sur la base du volontariat

Face aux maires, le chef de l'Etat a livré les premiers contours du plan du gouvernement pour l'après 11 mai.

On en sait un peu plus. Et c'est Emmanuel Macron qui le dit. Le retour à l'école dès la semaine du 11 mai se fera sur la base du "volontariat" des parents.

L'Élysée a en effet annoncé plusieurs axes directeurs de l'après-11 mai jeudi, à l'issue d'une réunion du chef de l'Etat avec des élus. Ainsi, si le déconfinement doit se préparer avec les maires, a insisté Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par l'Élysée, le cadre national devra être adapté et "territorialisé", mais pas par régions, "qui ne correspondent pas aux réalités des territoires".

De fait, la rentrée scolaire annoncée du 11 mai sera "progressive, concertée avec les élus locaux et adaptée aux réalités locales", a ajouté l'Élysée, notamment en fonction de la taille des communes. Priorité sera sans doute donnée aux "plus jeunes, ceux qui ne sont pas autonomes", ainsi qu'aux enfants "les plus en difficulté", mais quoi qu'il en soit sur la base du volontariat des parents, "sans obligation de retour à l'école", précise l'Élysée.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer avait dévoilé mardi les premières pistes pour une reprise progressive de l'école: le 11 mai pour les profs, le 12 pour une partie des élèves, puis une autre partie le 18 et enfin le 25. Il faudrait donc attendre début juin pour que l'ensemble des niveaux reprennent les cours... mais par petits groupes ne dépassant pas 15 élèves. N'ouvriront par ailleurs que les établissements où il y aura du savon, du gel et des points d'eau. 

Que vont faire les enfants?

Si Jean-Michel Blanquer évoque des classes par groupes de 15 èlèves maximum, impossible de savoir pour le moment ce que feront les autres enfants: iront-ils à l'étude, pratiqueront-ils une activité physique ou resteront-ils chez eux? Ces groupes alterneront-ils une semaine sur deux? Là encore pas de réponse, précise du ministère. Jean-Michel Blanquer prévient: l'idée de ce retour à l'école ne sera pas de boucler les programmes à tout prix. Les cours du mois de mai et de juin n'auront rien à voir avec les années précédentes, a tenu à préciser le ministre de l'Education nationale.

Les syndicats d'enseignants qui menacent déjà de faire valoir leur droit de retrait attendent quant à eux des précisions sur le port du masque en classe et sur les tests.

Concernant le calendrier, le chef de l'État "s'est engagé à ce que le cadre soit présenté en début de semaine prochaine" par le "Monsieur déconfinement" du gouvernement, Jean Castex, auprès des élus locaux, notamment pour un temps de concertation et d'interactions avec les élus. La présentation d'un plan détaillé doit intervenir début mai.

Xavier Allain