RMC

Fermeture d'école: "Ça nous ferait perdre un peu de vie dans le village"

Dans certaines zones rurales, les maires attendent avec impatience les mesures d'Emmanuel Macron qui doit annoncer la fin des fermetures d'écoles jusqu'en 2022.

Une semaine après le report des annonces d’Emmanuel Macron à cause de l’incendie qui a touché Notre-Dame de Paris, les Français attendent encore de savoir qu’elles seront les mesures prises par le président de la République. Parmi celles qui sont attendues, la promesse qu’il n’y aura "plus de fermeture d’écoles et d’hôpitaux jusqu’en 2022" sauf demande des maires. 

Une mesure qu’Emmanuel Macron doit préciser lors de sa conférence de presse jeudi et qui est censée répondre au sentiment d’abandon dans les zones rurales.

Dans ce village de 250 habitants, une classe accueille 13 élèves du CE1 au CM2. Maurice Hatier est maire de la commune, il y a multiplié les investissements depuis 10 ans. 

"Il y a eu l’isolation, le changement de fenêtre, on a acheté des ordinateurs, des photocopieurs. C’était un investissement de l’ordre de 45.000 euros à l’époque. Donc on a emprunté et on doit finir de rembourser en fin d’année, ou au début de l’année prochaine", explique le maire. 

Incertitude pour la mairie

L'école doit fermer à la rentrée prochaine, mais le projet du chef de l'Etat refait espérer le maire. "C’est l’incertitude, mais bon, on aimerait lui faire confiance et lui confier notre école pour qu’elle survive", confie le maire.

En cas de fermeture, c'est tout un village qui perdrait son âme d'après Pascal, parent d'élève. "On ne verrait plus Saint-Nicolas dans les rues, on ne verrait plus le carnaval dans les rues. Tout ça, ça nous ferait perdre un peu de vie dans le village", considère-t-il.

Pourtant, d'autres maires approuvent ces fermetures. Pour certains, regrouper les écoles permettrait de mieux enseigner.

"Ils seront dans des écoles avec des classes à deux niveaux ou à un niveau. On essaye de faire pour leur bien", indique Didier Humbert, chargé du scolaire à la communauté de communes Vosges Coté Sud Ouest.

Mercredi dernier, la communauté de commune a écrit à l'Éducation nationale pour savoir si la fermeture était toujours à l'ordre du jour. 

Alfred Aurenche avec Guillaume Descours