RMC

Je ne supporte plus mes amis depuis qu'ils sont devenus parents

-

- - -

Si l'arrivée d'un enfant chamboule la vie de couple, elle peut aussi chambouler les amitiés. Un fossé se creuse parfois entre ceux qui deviennent parents et ceux qui ne le sont pas. Une expérience vécue par Eléonore, qui avoue sur RMC.fr ne plus reconnaître certains de ses amis depuis qu'ils ont des enfants.

Eléonore a 35 ans. Elle travaille dans le secteur médical et n'a pas d'enfant.

"Je ne supporte plus certains de mes amis depuis qu'ils sont devenus parents. Il y a des couples qui sont parents et avec lesquels je m'entends toujours aussi bien, comme avant. Mais avec d'autres, c'est devenu très compliqué. Les parents qu'ils deviennent n'ont rien à voir avec ce que je connais d'eux. On leur découvre un nouveau visage. Ce n'est pas le fait de devenir parents qui nous éloigne, c'est la manière dont ils investissent la fonction. Pour certains parents, tout tourne autour de l'enfant, et c'est insupportable.

Par exemple, chez une de mes amies maman, il a fallu, en plein dîner, éteindre toutes les lumières de la pièce pour permettre à son fils de s'endormir. Elle s'est bien rendu compte que ça nous gênait mais n'a pas rallumé pour autant. Pour elle c'était normal qu'on s'adapte à son gosse. Et puis il nous faut absolument s'intéresser à son fils parce que pour elle, c'est la 7e merveille du monde. Autre chose, son fils peut nous couper la parole, et il faut alors absolument l'écouter et ne pas l'interrompre. Un autre de mes amis m'a même dit que dorénavant, cela ne l'intéressait plus de passer du temps avec des amis qui n'ont pas d'enfants.

"Leur enfant est le chef d'orchestre de leur vie"

Toute leur vie et leur monde sont désormais organisés autour de leur enfant, donc c'est lui qui est le chef d'orchestre de leur vie, de leur quotidien… et le parent ne se rend même pas compte que cela fait obstacle à tous leurs échanges.

Tout ça créé un fossé, on ne se comprend plus, on ne se parle plus de la même façon, nous sommes en décalage. Je n'arrive plus à retrouver les personnes qu'elles étaient avant. Je n'arrive plus à avoir des interactions avec eux, et comme ils ne se définissent plus que comme parents, il n'y a plus de plaisir à se voir.

C'est un sujet que tu ne peux même pas aborder en tant qu'ami, parce que c'est tabou. Faire une remarque peut les blesser, et on te renvoie systématiquement au fait que toi tu n'as pas d'enfant, et que par conséquent tu ne peux pas comprendre. Je n'arrive pas à les retrouver tels qu'ils étaient avant d'être parents, comme s'ils avaient dorénavant l'identité de parent et avait perdu leur propre identité en tant qu'individu.

"On te regarde en disant: 'ah toi, tu n'as pas encore d'enfant…'"

Dans les deux cas, ils vont t'expliquer qu'ils ont vécu comme une mutation le fait de devenir parent, qu'il y avait un avant et un après, et que toi tu fais partie de l'avant, et que la seule solution pour continuer à être ami c'est de traverser la même expérience qu'eux. En quelque sorte je suis restée au bord de la rive, et pour continuer à être amis il faudrait que je traverse cette rive. Ça sous-entend que je rate quelque chose à ne pas vivre ça. On te regarde en disant: 'ah toi, tu n'as pas encore d'enfant…' comme si j'avais raté ma vie et que je serais handicapée à vie. Eux sont tellement comblés qu'ils ne peuvent pas comprendre qu'on puisse vivre heureux sans ça.

Heureusement il reste des couples avec enfants dont la vie ne tourne pas uniquement autour de leur progéniture et que je continue à fréquenter avec plaisir. Ce sont ceux qui ont su laisser l'enfant à sa place d'enfant, et qui conservent leur statut de femme et d'homme, et pas uniquement de père ou de mère. Eux ont conservé leurs propres kiffs, et continuent d'apprécier de te voir seuls à seuls et d'être éloignés de leur enfant une après-midi."

Propos recueillis par Philippe Gril