RMC

“L’éducation nationale a toujours été en soutien total à l’égard de Samuel Paty": la mise au point du rectorat de Versailles après l'assassinat du professeur

Dimanche, le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer a démenti la rumeur selon laquelle Samuel Paty était menacé d'une sanction par l'académie pour avoir montré ces caricatures.

Depuis vendredi soir, beaucoup d’informations circulent notamment sur les réseaux sociaux et dans les médias sur les jours, les événements qui ont précédé l’assassinat de Samuel Paty.

Que s'est-il vraiment passé pendant ce cours d'éducation civique? Mais surtout les jours d'après alors que Samuel Paty avait été visé sur internet? Dans un communiqué, l’académie de Versailles a tenu à donner sa version des faits. 

“L’éducation nationale a toujours été en soutien total à l’égard de Samuel Paty et en premier lieu la directrice du collège où il enseignait”. Ce sont les mots du rectorat de Versailles, qui rappelle qu’après le cours sur la liberté d’expression dispensé par le professeur d’histoire-géographie le 5 octobre dernier, la principale a adressé aux parents un message d’apaisement. 

Une plainte déposée

Une équipe a ensuite été dépêchée sur place notamment pour conforter le professeur dans l’approche qu’il a eu lors de son cours. Quelques jours plus tard, un parent d’élève poste deux vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles il explique que sa fille aurait été choquée par le comportement de Samuel Paty. Il traite ce dernier de “voyou”? 

Pourtant, selon l’académie de Versailles, l’élève en question, était absente du cours. L’inspection académique des Yvelines a immédiatement prévenu l’enseignant de l’existence de ces vidéos et lui a conseillé de porter plainte. C’est ce qu’a fait Samuel Paty, accompagné de la directrice du collège.

Martin Juret avec Guillaume Descours