RMC

Rentrée scolaire: "Il y a toujours du stress, toujours"

A quelques heures de la rentrée scolaire, les derniers préparatifs

A quelques heures de la rentrée scolaire, les derniers préparatifs - LIONEL BONAVENTURE / AFP

Après les profs, c'est aux élèves de reprendre le chemin de l'école ce mardi: quelque 12 millions d'enfants, le cartable au dos ou le sac en bandoulière, vont retrouver camarades de classe, tableaux noirs et enseignants. A l'école primaire Jules Ferry de Montmagny (Val-d'Oise), l'heure est aux derniers préparatifs.

C'est le jour J ! Finies les vacances, à vos cartables, c'est l'heure de la rentrée pour quelque 12 millions d'enfants. Mais pas d'inquiétude, tout est prêt pour accueillir les élèves. En effet, les professeurs ont fait leur rentrée hier et ont donc effectué les dernières mises au point pour que tout soit dans l'ordre. C'est le cas par exemple à l'école primaire Jules Ferry, de Montmagny (Val-d'Oise) où rien n'a été laissé au hasard : les enseignants allant même jusqu'à coller les étiquettes sur les cahiers et écrire l'alphabet sur le mur.

Malgré tout, tous les ans, c'est la même appréhension: "Il y a toujours le stress de la rentrée, toujours, confirme Anne, qui effectue pourtant sa sixième rentrée avec sa classe de CE1. Quand on essaye de toujours faire mieux, on se met la pression". Une pression nécessaire car le premier jour d'école est déterminant comme en est persuadé Guillaume Mahut, enseignant en CE1.

"Me positionner par rapport à eux"

"Les enfants sont vifs. Ils comprennent très vite à qui ils ont affaire. Donc si on laisse passer des choses dès les premières minutes, on peut vite se faire 'manger'. Et cela peut être compliqué pour le reste de l'année", estime-t-il. Pour éviter cela, il a sa technique: "Ne pas avoir le regard fuyant par rapport aux élèves. Il faut que je me positionne par rapport à eux".

"Le premier jour, en général, on n'a pas besoin de cadrer énormément parce que les enfants sont encore un peu timides, confie de son côté Stéphanie, prof de CE2. Mais très vite, il faut les remettre en place notamment sur le bavardage, la manière dont ils s'adressent aux adultes, le fait de se lever ou pas…"

"Essayer de faire professionnel"

Et ce mardi matin, chez les enseignants même la tenue vestimentaire est choisie avec soin avoue Goulwen Ribeye: "Pas de jogging mais essayer de faire professionnel et sérieux pour rassurer les parents qui nous verront pour la première fois. Il ne faut pas qu'ils appréhendent en remettant en cause mon sérieux à cause de mes habits".

A quelques instants de l'ouverture des classes, la seule inquiétude de Denis Tramoni, le directeur de l'école, est que des élèves manquent à l'appel. "Cela m'arrive de temps en temps d'appeler une famille parce que leur enfant n'est pas là et d'avoir comme réponse 'Nous avons déménagé'. Or, les conséquences peuvent être extrêmement graves puisqu'un inspecteur peut ordonner la fermeture d'une classe en raison d'un manque d'effectif. C'est très rare mais cela arrive". Aucun doute en revanche, les professeurs, eux, seront bien présents.

Maxime Ricard avec Victor Joanin