RMC

Guerre en Ukraine: 2.500 réfugiés sont arrivés en France

Selon le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration Didier Leschi, invité d'"Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, le nombre de réfugiés ukrainiens arrivant en France devrait augmenter dans les prochains jours, mais sera moins important que dans d’autres pays européens.

Sur les 1.5 million de personnes ayant fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe, 2.500 sont arrivées en France, a annoncé le directeur général de l’office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), Didier Leschi, dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story ce lundi matin.

"2.500 personnes sont arrivées d’Ukraine, dont 70% d’Ukrainiens, puisqu’en réalité en Ukraine il y avait aussi des personnes d’autres nationalités. On les voit aussi arriver, des personnes originaires du Maghreb, d’Inde", a détaillé Didier Leschi. A leur arrivée en France, ils sont accueillis au dans un centre mis en place à Paris afin de leur "ouvrir le droit à la protection temporaire décidée jeudi dernier" par l’Union Européenne, et ils bénéficient d’un hébergement d’urgence.

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

18.000 Ukrainiens déjà en France

Le nombre de réfugiés arrivant sur le territoire français devrait augmenter dans les prochains jours "en proportion du nombre d’Ukrainiens en France", a indiqué le directeur de l’OFII. 18.000 Ukrainiens résidaient, avant la guerre, sur le territoire, une communauté moins importante que dans d’autres pays européens, comme en Italie où vivaient déjà 230.000 Ukrainiens et où "1.000 Ukrainiens entrent par jour" depuis le début du conflit.

"Les Ukrainiens qui partent vont essentiellement en Pologne, et puis pour ceux qui quittent les pays limitrophes, ils rejoignent des pays où il y a une communauté ukrainienne, comme l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne. C’est ce qui fait que sur les 2.500 personnes arrivées en France, une partie souhaite continuer son parcours vers l’Espagne, parce qu’ils ont des proches là-bas, ils savent qu’ils pourront être accueillis" a expliqué Didier Leschi.

Une cellule consulaire à Calais?

Didier Leschi a par ailleurs dénoncé la politique d’accueil du Royaume-Uni, où les autorités "ne relient pas l’acte à la parole", faisant référence aux 150 Ukrainiens récemment invités à retourner en France ou en Belgique afin d’obtenir un visa pour entrer sur le territoire britannique.

"Le ministre de l’Intérieur a demandé à son homologue de mettre en place à Calais une cellule consulaire pour pouvoir délivrer des visas immédiatement à Calais plutôt que de demander aux personnes de revenir à Paris ou Bruxelles, mais cette demande n’a pas encore abouti" a déploré Didier Leschi.

L’accueil des réfugiés étant un sujet au coeur de la campagne présidentielle, le directeur général de l’OFII a appelé à ne pas "mélanger toutes les immigrations" et rappelé qu’avec les Ukrainiens, comme avec les réfugiés syriens ou afghans, "ils ont affaire à des situations de guerre", une situation "différente d’une partie de ceux qui traversent la Méditerranée […] et qui fuient des conditions économiques, une sorte de désespérance politique".

"Je constate à chaque fois que dans ces situations, globalement le pays se comporte mieux qu’une partie de sa classe politique, une capacité d’accueil s’est manifestée". Au total, l’OFII dispose de 110.000 places d’hébergement en France depuis 5 ans.

Emilie Roussey