RMC

L'indemnité inflation et la prime Noël arrivent cette semaine pour les Français les plus démunis

Des aides forcément très attendues par ceux qui vont en bénéficier, mais qui ne règleront pas tout.

Les étudiants boursiers vont pouvoir célébrer Noël avec le compte en banque un peu plus fourni. L'indemnité inflation leur sera versée dès ce lundi, a annoncé le ministre chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt. Cette aide exceptionnelle de 100 euros sera ensuite progressivement reçue jusqu'à fin février par tous les Français qui touchent moins de 2.000 euros nets par mois.

Et deux autres aides sociales vont être versées cette semaine. D’abord la prime de Noël, 152 euros, qui sera versée le 15 décembre aux bénéficiaires de certains minimas sociaux. Au total, 2,3 millions de ménages modestes concernés. Et puis les 100 euros de coup de pouce aux bénéficiaires du chèque énergie. Le versement se fera pour la plupart des régions cette semaine, sauf pour la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie et PACA, qui la percevront la semaine prochaine. Six millions de personnes sont concernées.

>> A LIRE AUSSI - Chèques vacances, "prime Macron", chèque inflation...: un salarié peut gagner jusqu'à 2550 euros en plus cette année

Prime de Noël, indemnité inflation et chèque énergie: des versements attendus par Sylvain et Dorothée tous les deux au RSA. “Je suis sur le site de la CAF pour regarder ce qu’on va pouvoir toucher”, explique-t-elle.

Et après calcul, ils toucheront 680 euros de plus cet hiver. Une bouffée d’air alors qu’ils vivent avec 1.000 euros chaque mois. “C’est un coup de pouce pour le mois qui va venir”, assure le mari. De quoi acheter des cadeaux pour leur fille de 3 ans et de réveillonner pour Noël. “On va faire une raclette, ça change un peu de l’ordinaire”, indique Dorothée.

Mais ces aides vont surtout permettre d’éponger des dettes.

“On va récupérer tout le retard qu’on a dans nos factures comme le loyer parce qu’on le paye une fois sur deux ou une fois sur trois, donc il faut bien le repayer. L’électricité, c’est une fois sur deux et l’eau pareil”, explique Sylvain.

Le Secours populaire, très sollicité

Alors Sylvain et Dorothée ne se permettent aucun écart, notamment pour se chauffer. Ils utilisent un poêle à pétrole qui ne chauffe que la pièce principale. “Même avec ces aides-là, on va être obligé de faire très attention à tout point de vue. Le poêle, on l’allume vers 5h30 et à 22h on le coupe”, détaille-t-il.

Alors pour faire face, il y a la solidarité. Eux se sont vu offrir leur sapin de Noël, d’autres, et ils sont nombreux, sollicitent le Secours populaire. L’association caritative se réjouit évidemment du versement des primes, mais pour Philippe Portmann, le responsable en SSD, rien de suffisant pour réduire la pauvreté.

“Tout ce qui peut contribuer à alléger les charges des familles les plus démunies, c’est une bonne chose, c’est très clairement des aides qui vont pouvoir soulager des familles. La question de la précarité, de l’accès à l’alimentation, aux soins est toujours entière. Le train de la reprise n’a pas repris pour tout le monde”, assure-t-il.

Et le Secours populaire demande que désormais le chèque inflation soit distribué chaque année.

Cyprien Pézeril et Maxime Levy avec Guillaume Descours