RMC

"La situation économique ne le permet pas": pourquoi la natalité chute-t-elle en France?

Le nombre de naissances en France a largement reculé en 2022 par rapport à 2021. Une situation inquiétante, car selon l'Insee, la population pourrait diminuer à partir de 2045.

Il n'y a jamais eu si peu de bébés en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il y a eu 723.000 naissances l'année dernière selon les derniers chiffres de l'Insee publiés ce mardi. C'est 19.000 de moins qu'en 2021. Un recul qui s'explique par la baisse du nombre de femmes en âge de procréer, mais aussi du taux de fécondité qui s'est établi à 1,80 enfant par femme l'an dernier, contre 1,84 en 2021.

Toutes les deux avocates, la trentaine, Emma et Elsa n’ont pas d’enfant. Et ce n’est pas une priorité pour l’instant.

“J’ai fait le choix d’acheter un appartement, d’avoir ma petite vie tranquille, d’aller au restaurant”, indique la première. “On ne sait pas quand est-ce qu’on va vouloir un enfant, combien de temps on va mettre pour avoir un enfant, comment va se passer la première grossesse”, se questionne Elsa.

Avoir un bébé, c’est un projet pour Elo, mais à moyen terme. Cet ingénieur du son veut d’abord assurer sa sécurité financière. “La situation économique ne le permet pas parce qu’il n’y a pas forcément de stabilité dans nos métiers”, explique-t-il.

Une diminution de la population à partir de 2045?

Hadji a déjà deux enfants, mais ce n’est pas forcément le cas parmi ses proches. Certains hésitent, et c’est parfois pour raison idéologique. “Par rapport au futur, à l’écologie, enfin tout ce qu’il se passe, le réchauffement climatique...”, énumère-t-il.

Une natalité en baisse et une mortalité en hausse. Sans changement, la population française pourrait baisser d’ici 20 ans, explique Sylvie Le Minez, cheffe des études démographiques de l’Insee.

“Il y a une croissance de plus en plus ralentie de la population et à partir de 2045, elle pourrait diminuer en France. C’est un scénario possible”, reconnaît-elle.

Pour l’Union nationale des associations familiales, le gouvernement doit agir. En améliorant l’indemnisation du congé parental et en créant un service public de la petite enfance.

Vincent Chevalier avec Guillaume Descours