RMC

Remise carburant: pourquoi il y a un risque d'embouteillage logistique

La remise de 15 centimes par litre d'essence arrive le 1er avril. Mais les professionnels peuvent déjà acheter du carburant pour anticiper la ruée dans les stations-services. Et pour éviter la cohue, la Fédération des combustibles et carburants veut anticiper en livrant d'ores et déjà aux professionnels.

Le 1er avril, les automobilistes pourront faire le plein moins cher. Avec une remise de 18 centimes d'euro décidée par le gouvernement. Depuis ce dimanche, les grossistes peuvent vendre aux professionnels et aux stations-services des carburants moins chers.

Tout le monde va chercher à s'approvisionner rapidement, que ce soit les professionnels pour faire des économies ou les stations-services pour pouvoir revendre dès le 1er avril au grand public. Et cela implique donc un risque d'embouteillage logistique.

"On s’attend à ce que la demande soit forte"

“Il y a quand même des mesures qui sont prévues, notamment de circulation dimanche pour les camions-citernes, parce qu’effectivement, on s’attend à ce que la demande soit forte, en espérant qu’elle ne soit pas trop forte. Nous cherchons à anticiper les livraisons auprès des clients professionnels, comme le BTP, les agriculteurs, les transporteurs, de sorte à ce que ces utilisateurs-là ne viennent pas avec les autres automobilistes à tendre la logistique pétrolière. Ce sera plus facile pour l’approvisionnement des stations-service”, assure Frédéric Plan, délégué général de la Fédération des combustibles et carburants.

Des retards d'approvisionnement dans certaines stations

Frédéric Plan prévient cependant que toutes les stations ne pourront pas être approvisionnées cette semaine. “Il en restera néanmoins un certain nombre, de l’ordre de 2.000, 3.000, qui ne pourront être approvisionnées que la semaine suivante. Et de ce fait, les prix remisés à la pompe seront un peu décalés”, indique-t-il.

GDe avec VC