RMC

"C'est presque un poison": un chercheur en neurosciences met en garde contre l'utilisation de nicotine par les non-fumeurs

Selon plusieurs études, les fumeurs seraient moins touchés par le coronavirus. Des tests thérapeutiques ont été lancés.

Après la chloroquine, longtemps présentée comme le remède miracle au coronavirus, est-ce que la nicotine va être la solution à l’épidémie qui a déjà fait des 22.245 de mort en France. En effet, selon plusieurs études, les fumeurs seraient moins touchés par le coronavirus. 

Suite à la publication de plusieurs études qui semblent révéler ce phénomène, des tests thérapeutiques ont été lancés. S’il est donc encore impossible de savoir si la nicotine a un impact réel sur les personnes affectées par le coronavirus, Raphaël Gaillard, professeur Raphaël Gaillard, chercheur en neurosciences cognitives, met en garde contre le tabac.

“La première chose qu’on peut dire, c’est que le tabac est beaucoup plus délétère que la pandémie de covid. Ensuite, on a fait une observation épidémiologique, mais il faut le prouver formellement. Donc il faut se méfier des effets d’annonce et réaliser des essais cliniques. C’est ce qu’on lance aujourd’hui sur plusieurs populations : des patients hospitalisés en réanimation, des patients hospitalisés en médecine, mais aussi des soignants pour voir si le port de patch de nicotine limiterait l’aggravation de l’infection”, explique-t-il. 

La nicotine, une substance très mal tolérée

S’il estime que les tests thérapeutiques sont indispensables, il évoque qu’elles pourraient être les suites à donner à cette étude. 

“Il faut d’abord faire cette étude et si les résultats sont confirmés alors on aura une cible qui sera le récepteur nicotinique, qu’on pourra atteindre soit avec des dispositifs nicotiniques qui donnent peu d’addiction comme les patchs. Et puis il y a aussi des molécules dont on sait qu'elles agissent sur les récepteurs nicotiniques qui pourrait être développées en urgence pour prévenir et traiter l’infection”, détaille-t-il.

Alors que le résultat de ces études a été repris de nombreuses fois, le gouvernement a publié un arrêté vendredi pour limiter les achats de produits à base de nicotine comme les patchs. Les ventes sur internet sont désormais interdites, et en pharmacie, le nombre de boîtes vendues est limitée à traitement d'une durée d’un mois. 

Raphaël Gaillard rappelle d’ailleurs que l’utilisation de produits à base de nicotine peut être très mauvaise pour la santé, surtout chez les non-fumeurs. “La nicotine, c’est quelque chose qui est très mal tolérée. C’est une substance quasi-psychotrope sur le cerveau. Si vous prenez de la nicotine alors que vous n’êtes pas fumeur, vous allez vous sentir vraiment mal. Vous allez avoir des nausées, des vomissements, des vertiges, vous allez avoir le cœur qui bat beaucoup plus mal, vous vous sentirez mal. C’est presque un poison la nicotine. Donc il ne s’agit pas de faire des choses dans son coin en se rendant malade”, affirme-t-il.

Guillaume Descours