RMC

Couvre-feu ou "confinement préventif": les pistes étudiées par le gouvernement pour les jours à venir

Les chiffres des malades du Covid et le nombre de cas restent inquiétants, mais le gouvernement ne veut pas parler de reconfinement... pour l'instant.

Toujours pas de reconfinement en vue. Ni de nouvelles mesures nationales. C'est ce qu'a promis le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres. "Nous donnons sa chance au couvre-feu à 18h, affirme Gabriel Attal. Il est possible que cette mesure permette de freiner la circulation du virus encore davantage dans notre pays".

Alors que de plus en plus de voix d'experts s'élèvent pour dénoncer qu'un reconfinement ne soit pas décidé, notamment avec ce variant britannique, Matignon se justifie.

>> A LIRE AUSSI - "Ce ne seront pas des vacances habituelles": ce que l’on sait des pistes étudiées par le gouvernement pour les vacances de février

"Nous n'en sommes pas au niveau de fin octobre"

Il y a d'abord les chiffres: "Nous n'en sommes pas au niveau de fin octobre", répète-on dans l'entourage du Premier Ministre. Quand le deuxième confinement a été décidé, le nombre de nouveau cas augmentait de façon inquiétante chaque jour.

La journée du 29 octobre, premier jour du confinement, avait notamment enregistré 47.000 nouvelles contaminations. Aujourd'hui, nous sommes sur un plateau certes montant, mais qui ne dépasse pas les 26.000 contaminations par jour.

"Un confinement préventif ne serait pas accepté par les Français"

La deuxième raison est plus politique voire juridique. "Un confinement préventif ne serait pas accepté par les Français", assure-t-on à Matignon. "On ne veut pas que nos décisions apparaissent comme injustifiées au regard de la situation épidémique et encore moins qu'elles soient invalidées par le Conseil d'Etat", explique un proche de Jean Castex. "Ça ne veut pas dire qu'on écarte l'idée d'un nouveau confinement. Mais pas tout de suite".

A LIRE AUSSI > "Ce virus me fait beaucoup moins peur que le confinement, que la casse sociale..."

Pierrick Bonno (avec C.P.)