RMC

Covid-19: "Les jeunes se demandent quel intérêt ils ont à se faire vacciner"

DOCUMENT RMC - Le gouvernement veut donner un coup de boost à la vaccination notamment celle des jeunes. Mais hormis pour avoir un pass sanitaire, ceux-ci ne voient pas trop l'intérêt de se vacciner et se sentent abandonnés par les politiques.

Le président de la République veut vacciner la France à marche forcée s'il le faut. Lundi Emmanuel Macron a annoncé la mise en place de la vaccination obligatoire pour les soignants et l'extension du pass sanitaire couplée à la fin du remboursement des tests PCR. Car après avoir connu une embellie, la vaccination a ralenti et ne connaît pas un franc succès, notamment chez les plus jeunes, alors que seulement 34,2% des 18-49 ans sont vaccinés pour l'instant.

"Les jeunes se demandent quel intérêt ils ont à se faire vacciner. La seule communication qu’on a eue vis-à-vis des jeunes sur le vaccin c’était: 'vous faire vacciner c’est se déconfiner'. Mais les jeunes se posent d’autres questions: 'est ce que je risque quelque chose, pourquoi je devrais me faire vacciner'", déplore sur RMC Louis Boyard, étudiant et ancien président de l'Union nationale des lycéens.

"Beaucoup se sentent frustrés"

Et il craint pour l'avenir de la jeunesse, alors que d'ici à début août, le personnel, tout comme les clients, des restaurants et cafés devra être vaccinés ou avoir un pass sanitaire à jour: "Les métiers de la restauration, ce sont des métiers de jeunes. Combien de jeunes aujourd’hui ne sont pas convaincus par le vaccin et se posent la question ?", s'inquiète Louis Boyard assurant que les jeunes ne sont pas pour autant "complotistes". Ils assurent plutôt vouloir attendre se sachant moins à risque face au Covid-19. Ils ne connaissent ainsi que peu l'intérêt d'une vaccination 

"Plus on va être vaccinés, moins on aura de chance de voir un variant capable de contourner les vaccins arriver. C’est l’immunité collective et beaucoup de jeunes ne sont pas au courant de ça, la seule communication qu’on a eu vis-à-vis d’eux c’était 'faites vous vacciner sinon vous serez confinés'. Cela a marché avec certains mais pas avec tous et c’est pour ça qu’on en a beaucoup qui se sentent frustrés parce que les politiques vaccinales sont inexistantes, et quand elles existent, c’est seulement de la communication", poursuit Louis Boyard.

>> A LIRE AUSSI - Tolérance pour les jeunes, réduction du délais d'obtention... ce qu'a annoncé le gouvernement pour le pass sanitaire

"La politique nous a abandonné"

Plus généralement, les jeunes se sentent exclus du retour à la vie normale: "On nous a privé de la reprise, alors que nous avons fait beaucoup de sacrifices. On avait énormément d'attentes", ajoute-t-il déplorant un discours excluant du président de la République:

"Avec cette allocution, il a acté le divorce. Aujourd’hui, les jeunes, on est une génération de dépressif. La jeunesse va mal. Les jeunes sont désabusés et désespérés. La politique nous a abandonné, plus personne ne s’attend à rien".

Et Louis Boyard alerte. Il demande un état des lieux de la jeunesse, afin de l'aider à surmonter la crise sanitaire qui a fait beaucoup de dégâts dans ses rangs. Beaucoup ont perdu leur emploi étudiant tandis que les cours en présentiel disparaissait, les confinant parfois dans des chambres étudiantes exiguës.

>> A LIRE AUSSI - Sur RMC, Nicolas Dupont-Aignan dénonce le "coup d'état sanitaire" d'Emmanuel Macron après les mesures liées à la vaccination

Guillaume Dussourt